En Inde, les mesures populistes ont changé la donne politique

Elections La victoire de la droite aux législatives illustre la popularité des réformes lancées par le premier ministre Modi.

Le parti du premier ministre Narendra Modi a remporté une victoire écrasante dans l’Etat de l’Uttar Pradesh.

Le parti du premier ministre Narendra Modi a remporté une victoire écrasante dans l’Etat de l’Uttar Pradesh. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plus qu’une victoire, un raz-de-marée. Samedi, le parti de la droite nationaliste hindoue, le BJP, a remporté 312 sièges sur 403 aux législatives de l’Uttar Pradesh. La formation du premier ministre Narendra Modi a également enlevé l’Uttarakhand au parti du Congrès et gagné 21 sièges dans l’Etat de Manipur. Mais c’est la victoire dans l’Uttar Pradesh qui a marqué les esprits. Avec 200 millions d’habitants, autant que le Brésil, cet Etat est le plus peuplé du pays et la clé pour disposer d’une majorité au Parlement fédéral. C’est dire si ce scrutin régional avait valeur de test pour Narendra Modi, à la tête du gouvernement central depuis 2014.

Le BJP a remporté 39% des voix dans l’Uttar Pradesh, loin devant les deux partis régionaux qui ont obtenu chacun 22% des suffrages. Ce tsunami politique démontre que les réformes du gouvernement Modi séduisent l’électorat populaire et les classes moyennes. «La popularité du premier ministre explique en grande partie la victoire du BJP. Beaucoup le considèrent comme celui qui saura promouvoir le développement économique», observe Sanjay Kumar, codirecteur du CSDS, un centre de recherche en sciences sociales de Delhi.

En particulier, la réforme monétaire lancée en novembre dernier a pesé dans le choix des électeurs. Narendra Modi avait annoncé le retrait sans préavis des billets de 500 et 1000 roupies et leur remplacement par de nouvelles coupures. Objectifs: endiguer la corruption et l’argent non déclaré. Si les économistes restent partagés sur l’efficacité de cette mesure, les petits épargnants et les plus pauvres ont applaudi. Dans les files d’attente devant les banques où l’on se pressait pour échanger ses vieux billets, ni colère, ni impatience. Pour beaucoup, le premier ministre avait raison de s’attaquer aux riches qui ne payent pas d’impôts.

Autre mesure qui semble avoir joué en faveur du BJP: l’ouverture de comptes bancaires pour les plus démunis. Grâce à cela, le pouvoir fédéral a commencé à envoyer, par virement, certaines aides sociales. C’est le cas de la subvention pour l’achat de gaz naturel. Ce nouveau système a mis fin à la vente de bonbonnes à prix bas qui a longtemps alimenté la corruption et le marché noir. «Le gouvernement fédéral a contourné les autorités régionales pour délivrer les aides. C’est un élément de la victoire du BJP», estime Adnan Farooqui, professeur de sciences politiques à l’Université Jamia Millia Islamia de Delhi.

En remportant l’Uttar Pradesh, le BJP est devenu l’unique force politique capable de gagner des scrutins régionaux aux quatre coins du pays. Désormais, la droite et ses alliées sont à la tête de quinze Etats, soit 61% de la population. C’est une petite révolution. Pendant près de trente ans, le BJP était le parti des hautes castes et des hommes d’affaires. Grâce à des mesures populistes, il rallie désormais une partie de l’électorat intouchable et des basses castes qui regroupent des petits paysans, des petits commerçants et des artisans. Mais les musulmans, effrayés par l’idéologie fondamentaliste hindoue du BJP, ont voté pour d’autres partis.

Certains commentateurs prédisent une victoire de la droite aux législatives fédérales de 2019. Un scénario plausible tant les partis d’opposition, en particulier celui du Congrès, n’ont jamais semblé aussi faibles depuis trois décennies.

(TDG)

Créé: 12.03.2017, 18h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.