Donald Trump, véritable casse-tête pour les républicains

Etats-UnisPour éviter de perdre les législatives de 2018, faut-il soutenir le président, s’en démarquer ou le lâcher?

Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une destitution de Donald Trump? Techniquement, les élus républicains pourraient facilement l’empêcher, puisqu’ils détiennent la majorité des sièges dans les deux chambres du Congrès (au Sénat comme chez les Représentants) et peuvent donc voter contre le lancement d’une telle procédure. Mais l’impopularité historique du nouveau président et les révélations embarrassantes qui paraissent jour après jour dans les médias commencent à semer le doute au sien du «Grand Old Party»: quelle stratégie adopter pour ne pas subir une défaite retentissante l’an prochain lors des législatives à mi-mandat présidentiel?

Les 435 sièges de la Chambre des représentants seront en jeu le 6 novembre 2018, de même que 34 des 100 sièges au Sénat. Or, ces «midterm elections» sont toujours très difficiles à remporter pour la majorité présidentielle. Sur les 18 derniers scrutins à mi-parcours, l’opposition a pris 16 fois le contrôle d’au moins une des deux chambres. Ce qui a ensuite compliqué, ralenti ou carrément bloqué les grands projets politiques que voulait faire adopter le chef de l’Etat. Pire encore: la défaite était d’autant plus cuisante que la cote de popularité du président était faible, ce qui n’augure rien de bon pour les camarades de parti de Donald Trump.

Panne de candidats et de finances

Dans ces conditions, les républicains peinent à recruter de futurs candidats aux profils enthousiasmants et les donateurs qui financeraient leurs campagnes se font timides, voire récalcitrants. Au contraire, dans le camp démocrate souffle un vent de colère et de mobilisation générale qui pousse les bonnes volontés à s’engager pour l’avenir de leur pays. Enfin, le jour venu, les électeurs outrés par la présidence Trump pourraient être beaucoup plus nombreux que ceux prêts à aller aux urnes pour le défendre…

Bref, quelle stratégie le Grand Old Party doit-il adopter, alors qu’un sondage a montré mardi, pour la première fois, que les Américains favorables à une destitution de Donald Trump seraient plus nombreux que ceux qui y sont opposés?

Une option pour les républicains, c’est de serrer les dents et profiter de leur double majorité parlementaire pour passer le plus possible de lois et de réformes d’ici à l’été 2018, en espérant que la cote de popularité du locataire de la Maison-Blanche remonte l’an prochain. Après tout, son lointain prédécesseur Richard Nixon fut réélu avec une large majorité en 1972 alors même que le scandale du «Watergate» avait déjà éclaté (débouchant en 1974 sur sa démission pour éviter d’être destitué). Mais les élus républicains qui briguent leur succession vont-ils vraiment prendre le risque de sacrifier leur siège?

Casse-tête ou cauchemar?

L’autre option, la possibilité d’une procédure de destitution, est tout aussi problématique. On ne sacrifie pas impunément un président issu de son propre camp, même s’il est aussi atypique que Donald Trump. La longue période de pourrissement politique précédant le vote final compliquerait le travail parlementaire et plomberait probablement les chances du parti en novembre 2018.

Enfin, bien des élus républicains s’autorisent une distance avec Donald Trump. Pour certains, elle est légère, évitant ses tweets vengeurs. Pour d’autres, elle est monumentale. C’est le cas par exemple de John McCain, ancien candidat présidentiel, qui ne rate jamais une occasion de dire du mal du chef de l’Etat. Surtout, chacun se profile en fonction de l’électorat du district ou de l’Etat dont il est le représentant. Un casse-tête qui peut virer au cauchemar.

(TDG)

Créé: 17.05.2017, 22h08

Articles en relation

La crise de trop pour la Maison-Blanche

Trump et le FBI Donald Trump est accusé d’avoir demandé au patron du FBI de classer une enquête sur les liens entre l’ex-conseiller à la sécurité nationale et la Russie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Rapport d'experts pour le nouvel avion de combat
Plus...