La Une | Samedi 26 juillet 2014 | Dernière mise à jour 08:30
Russie

Ces tatouages ont 2500 ans et n'ont pas pris une ride

Par Catherine Burki. Mis à jour le 15.08.2012 2 Commentaires

Des chercheurs ont récemment découvert les cadavres d'une princesse et de deux guerriers du peuple nomade Pazyryk originaire de Sibérie. Bien que morts il y a 2500 ans, les corps sont encore marqués de splendides tatouages.

1/8 L'un des deux guerriers retrouvés avec la princesse. Le tatouage sur son épaule droite est bien visible.
Image: Siberian Times

   

Partager & Commenter

Bien qu'enterrés depuis plus de 2500 ans, les chercheurs ont eu la stupéfaction de découvrir des tatouages encore bien visibles et d'une grande qualité sur les corps de la princesse Ukok et de deux guerriers du peuple nomade Pazyryk. Cette ethnie vivait il y a plus de 2000 ans dans l'Altaï, zone montagneuse située entre la Russie, la Chine, la Mongolie et le Kazakhstan.

Comme le rapporte le Siberian Time, la conservation des cadavres dans le permafrost leur a permis de ne pas trop souffrir des aléas du temps qui passe. Une protection qui a également profité aux tatouages retrouvés en divers endroits des corps des défunts.

Élaborés avec précision, les dessins sont d'une incroyable beauté. Tous représentent des créatures fantastiques. Une des oeuvres qui recouvre le corps de la princesse a particulièrement attiré l'oeil des chercheurs : un cerf muni de bois de capricorne et d'un bec de griffon.

Preuve de grandeur

Mise à part les constatations d'ordre purement esthétiques, cette découverte à également permis aux spécialistes d'évaluer l'évolution des pratiques et des comportements relatifs aux tatouages.

Selon Natalia Polosmak, scientifique ayant trouvé les corps, les usages ont relativement peu évolué. Nos ancêtres se faisaient ainsi déjà tatouer pour des raisons esthétiques.

A noter cependant qu'au temps de la prince Ukok, le nombre de tatouages témoignait de l'âge et de la place dans la hiérarchie sociale d'un individu.

Les personnes ayant de nombreux tatouages étant ainsi généralement relativement âgés et de haut statut social.

Les chercheurs ont également pu observer que depuis toujours, la partie du corps la plus communément choisie pour un premier tatouage est l’épaule gauche. Un choix qui s'expliquerait avant tout par le fait que l'endroit est facile à exposer aux yeux de tous.

Car après tout, de longues heures passées à souffrir sous une aiguille méritent bien quelques compliments. Et ce il y a 2500 ans tout comme aujourd'hui. (Newsnet)

Créé: 15.08.2012, 15h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Philippe Ford

15.08.2012, 19:06 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

Il est écrit ici "Nos ancêtres se faisaient ainsi déjà tatoués pour des raisons esthétiques"l'on devrait plutôt écrire NOS ANCETRES SE FAISAIENT TATOUER avec ERnos ancêtres se faisaient battre et non pas battusLes enfants de nos écoles primaires connaissent la règle. Le journaliste pas Répondre



Le compte Twitter de la rubrique Monde