La Une | Vendredi 31 octobre 2014 | Dernière mise à jour 18:30
Vatican

Benoît XVI préconise une rénovation de l'Eglise catholique

Mis à jour le 14.02.2013

Le pape sur le départ a adressé jeudi un message qui fera office de testament théologique. Selon lui, un «vrai renouveau» de l'Eglise catholique passe par une pleine mise en oeuvre du concile Vatican II.

A l'heure de faire ses adieux, le pape Benoît XVI souhaite un «vrai renouveau» de l'Eglise.

A l'heure de faire ses adieux, le pape Benoît XVI souhaite un «vrai renouveau» de l'Eglise.

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le pape Benoît XVI souhaite un «vrai renouveau» de l'Eglise. Cela passe par une pleine mise en oeuvre du concile Vatican II, dont «la force spirituelle doit encore apparaître», a-t-il déclaré jeudi dans un message considéré comme son testament théologique.

Les yeux cernés et la voix un peu rauque, le pape démissionnaire a improvisé en italien durant 35 minutes, devant un millier de prêtres réunis à la Salle Paul VI, au Vatican. Il a surtout évoqué son expérience du concile Vatican II, dont les quatre sessions se sont réparties en 1962 et 1965.

Benoît XVI était alors expert en théologie auprès du cardinal-archevêque de Cologne Joseph Frings. Ce dernier était un des prélats qui voulaient le plus changer l'Eglise à l'époque.

Selon le pontife, les médias réunis à Rome firent alors leur «propre Concile». Ils donnèrent une vision avant tout politique de ce moment spirituel, des points de vue biaisés qui créèrent «tant de calamités, tant de problèmes». Et de citer «les couvents et séminaires fermés, la liturgie banalisée».

«Proche de vous»

Le Saint-Père a exhorté les catholiques à «travailler pour que le vrai Concile se réalise et rénove vraiment l'Eglise. Le vrai Concile avec toute sa force spirituelle doit encore apparaître».

«Je serai toujours proche de vous et je suis sûr que vous le serez de moi, même une fois que je me cacherai du reste du monde», a-t-il assuré. Allusion à sa démission prévue pour la fin du mois et sa retraite qu'il passera dans un monastère édifié dans les jardins du Vatican. Le pape a aussi souligné l'importance de textes comme «Nostra Aetate» sur le respect pour les autres religions.

Dérives liturgiques

Jugé parmi les plus imaginatifs parmi les experts, Joseph Ratzinger a toujours défendu «un renouvellement de l'Eglise dans la continuité». En opposition à ceux considérant le Concile comme une rupture, voire une révolution et l'abandon de traditions millénaires.

En tant que gardien du dogme pendant vingt-quatre ans, sous le pontificat de Jean Paul II, il a combattu ce qu'il considérait comme des dérives liturgiques et théologiques, telle que l'option marxisante de la Théologie de la Libération en Amérique Latine. Une ligne qu'il a continué à suivre après son accession à la papauté en 2005.

Avant sa démission le 28 février à 20 heures, le pape apparaîtra encore deux fois devant des foules. Il célébrera l'Angelus dimanche prochain, de la fenêtre de son appartement, puis il fera ses adieux le 27 au cours d'une audience générale sur la place Saint-Pierre.

Rivalités et carriérisme

Le conclave devrait entamer ses travaux entre le 15 et le 19 mars. Selon le cardinal sud-africain Wilfried Fox Napier, possible papable, l'élection du prochain pontife pourrait «ne pas être aussi rapide» que celle des 18/19 avril 2005 qui avait élu le cardinal Ratzinger à la tête de l'Eglise catholique.

«Quiconque sera élu devra compléter la purification entamée par Benoît XVI», a-t-il déclaré au quotidien turinois La Stampa. Dénonçant «les rivalités» et le «carriérisme» dans l'Eglise, le cardinal juge nécessaire que «les institutions de l'Eglise soient «un soutien à l'action évangélisatrice, non un frein».

Législatives italiennes

Dans les médias italiens, l'annonce surprise de la démission du pape fait de l'ombre à la campagne électorale pour les législatives des 24 et 25 février. Celles-ci sont pourtant cruciales pour l'Italie et l'Union européenne.

Pour certains analystes, cette démission pourrait contrecarrer la remontée spectaculaire de Silvio Berlusconi dans les sondages, face à la coalition de gauche menée par Pier Luigi Bersani. Tous les principaux candidats, attentifs au vote des catholiques, ont pris soin de tresser les louanges de Benoît XVI et d'encenser sa décision. (ats/Newsnet)

Créé: 14.02.2013, 17h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Le compte Twitter de la rubrique Monde

Sondage

Les Etats-Unis ont-ils raison de poursuivre Polanski en justice pour des faits remontant à 1977?