La Une | Vendredi 31 octobre 2014 | Dernière mise à jour 17:54
Afrique

Au Soudan, des manifestants fustigent Béchir «l'assassin»

Mis à jour le 28.09.2013

Depuis près d'une semaine, de nombreuses manifestations ont lieu au Soudan. Le gouvernement continue de garder le mutisme face à cette contestation d'une ampleur inédite.

Des milliers de manifestants ont protesté vendredi à Omdurman, au centre du Soudan.

Des milliers de manifestants ont protesté vendredi à Omdurman, au centre du Soudan.
Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Des centaines de manifestants ont accusé samedi le président soudanais Omar el-Béchir d'être un «assassin», au sixième jour d'un mouvement de protestation sans précédent lors duquel des dizaines de personnes ont été tuées et 600 autres arrêtées.

La manifestation a été dispersée par les forces de l'ordre, à coups de gaz lacrymogène selon des témoins, comme les protestations de la veille et des jours précédents, déclenchées par l'annonce lundi de la levée des subventions sur les carburants.Un journaliste a vu des agents des services de sécurité arrêter six personnes.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé vendredi soir l'arrestation de 600 personnes pour «leur participation aux actes de vandalisme», précisant qu'elles allaient être jugées la semaine prochaine. Le gouvernement continue de garder le mutisme face à cette contestation d'une ampleur inédite depuis l'arrivée au pouvoir du président Béchir en 1989, mais les écoles ont été fermées jusqu'à lundi.

Funérailles d'un martyr

Les manifestants dénonçaient samedi la mort du «martyr» Salah Mudathir, tué la veille lors d'une manifestation à Khartoum Bahri.«Béchir, tu es un assassin» ont crié, selon un témoin, quelque 2.000 manifestants, dont des femmes et des enfants.«A bas, à bas» le pouvoir, ont-ils encore crié contre le régime islamiste du président Béchir. Cette manifestation est survenue après les funérailles dans un quartier huppé de la capitale de Mudathir, un pharmacien de 28 ans issu d'une riche famille connue dans les affaires et la politique.

«Il a été tué d'une balle dans le coeur vendredi soir», alors qu'il manifestait, a indiqué son cousin à l'AFP.La police a fait état de son côté de quatre civils tués vendredi dans Khartoum et sa banlieue, affirmant qu'ils étaient tombés sous les balles d'inconnus.«Des hommes armés non identifiés ont tiré vendredi sur des manifestants à Khartoum Bahri, à Khartoum et à Omdurman et quatre civils ont été tués», a indiqué la police citée par l'agence officielle soudanaise Suna.

Tirs sur les manifestants

La police faisait état jusqu'à présent d'un bilan de 29 morts, mais n'avait donné aucune précision sur les circonstances de ces décès. Selon des témoins et des proches des victimes, la plupart des civils tués cette semaine l'ont été par balles par la police. Deux ONG, l'African Centre for Justice and Peace Studies et Amnesty International, qui ont fait état d'un bilan de 50 morts pour mardi et mercredi, ont accusé les forces de sécurité d'avoir délibérément tiré sur les manifestants.

L'opposition, ainsi que des militants, ont appelé cette semaine à la poursuite des manifestations. Le parti d'opposition Oumma de l'ex-Premier ministre Sadek Al-Mehdi a appelé «le peuple soudanais à intensifier les protestations», et l'Alliance des jeunes de la révolution soudanaise a réclamé «la démission du chef de l'Etat (...) ainsi que du gouvernement corrompu».

Depuis la décision lundi du gouvernement de lever des subventions sur les carburants dans le cadre d'une série de réformes économiques, les Soudanais manifestent en masse dans plusieurs régions et les protestations ont par endroits dégénéré.

Plus d'internet

L'internet a été coupé vendredi une grande partie de la journée pour la deuxième fois de la semaine. Le Réseau des journalistes soudanais, une organisation non officielle, a annoncé que ses membres cesseraient de travailler à partir de samedi en raison des tentatives du pouvoir de les empêcher de couvrir le mouvement de protestation.«Nous voyons notre peuple être tué et nous ne pouvons ignorer cela», a dit dans un communiqué le groupe qui revendique 400 membres.

Les autorités ont fermé vendredi les bureaux d'Al-Arabiya et de Sky News Arabiya à Khartoum, selon les deux chaînes satellitaires arabes. Elles ont en outre saisi ou empêché de paraître trois quotidiens pourtant pro-gouvernementaux. Selon le rédacteur en chef d'un journal indépendant interdit depuis jeudi, il n'est pas permis de publier d'autres informations sur les manifestations que les rapports de police.

Le Soudan connaît depuis 2012 des manifestations sporadiques contre le régime qui n'ont cependant pas attiré les foules comme dans d'autres pays de la région, où des chefs d'Etat ont été renversés par la rue. Le pays a perdu des milliards de dollars de revenus pétroliers depuis l'indépendance il y a deux ans du Sud. Il est depuis touché par une inflation galopante et peine à financer ses importations.

Les Etats-Unis ont condamné vendredi «la répression brutale» et «disproportionnée» menée par le gouvernement soudanais, l'Union européenne s'est dite «inquiète» et le Haut commissariat de l'ONU pour les droits de l'Homme a appelé les forces de sécurité à «la plus haute retenue». (afp/Newsnet)

Créé: 28.09.2013, 14h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Le compte Twitter de la rubrique Monde

Sondage

Les Etats-Unis ont-ils raison de poursuivre Polanski en justice pour des faits remontant à 1977?




Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11