La Une | Samedi 25 octobre 2014 | Dernière mise à jour 18:04
Vie privée

«Il n'est pas trop tard pour se protéger de la NSA»

Interview: Simon Koch. Mis à jour le 01.10.2013 1 Commentaire

La surveillance d'internet était au cœur d'un congrès international lundi à l'EPFL. Nous y avons rencontré Jacob Applebaum, hacktiviste fondateur du réseau TOR, et proche de WikiLeaks. Interview

Au travers du programme PRISM, la National Security Agency a mis en place un système généralisé d'écoutes sur internet, absorbant sans discernement des quantité gigantesques de données privées.

Au travers du programme PRISM, la National Security Agency a mis en place un système généralisé d'écoutes sur internet, absorbant sans discernement des quantité gigantesques de données privées.
Image: archive/Reuters

Articles en relation

Jacob Applebaum (Image: S. Sartorio)

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Quel internet voulons-nous, et pour répondre à quelles attentes? Peut-on encore inverser cette tendance à la surveillance généralisée voulue par certains pays et les principaux acteurs de l'industrie? «La technologie actuelle nous mène à deux doigts d'un Etat totalitaire, où la police peut faire intrusion dans votre vie sans aucune restriction ou presque», a averti lundi 30 septembre à l'EPFL Bruce Schneier, cryptologue réputé. Et de plaider pour des lois plus à même de protéger le droit à la vie privée de chacun.

Les orateurs du Congrès, de l'ancien espion de la NSA à l'ex-cadre de Microsoft en charge de la vie privée, ont déploré le manque d'intérêt des internautes pour la protection de leurs données. Ce mélange d'indifférence et d'individualisme inquiète aussi le hacktiviste Jacob Applebaum. Le jeune homme, proche de WikiLeaks, est l'un des artisans du réseau TOR, qui permet de surfer anonymement sur le NET. Ses activités lui valent d'avoir régulièrement maille à partir avec les autorités américaines. Très sollicité, nous l’avons rencontré quelques minutes en marge de la conférence.

la Tribune de Genève: -Franchement, pourquoi quelqu'un qui n'a rien à se reprocher devrait-il se préoccuper des informations qu'il laisse sur Internet?

Jacob Applebaum: - Pendant la Seconde Guerre mondiale, une portion de la population hollandaise a été déportée sur la base d'informations personnelles a priori anodines traitées au moyen de l'informatique naissante. Aujourd'hui, être discret sur internet ne consiste pas à cacher d'éventuelles activités illégales. C'est pour éviter que d'autres décident un jour à votre place si vous êtes innocents ou pas qu'il faut effacer ses traces.

Tout le monde ou presque possède un compte Facebook, utilise Google et un smartphone. Les informations personnelles de tout un chacun sont déjà disséminées. N'est-il pas trop tard pour se protéger?

Non. Il n'est pas trop tard pour se protéger de la NSA et des autres. Jamais. Protéger ses données personnelles, c'est comme porter un préservatif. Personne n'arrête de se protéger après l'avoir fait une seule fois. De même, personne ne renonce à une protection sous prétexte qu'il a oublié une fois de se protéger. Le risque de perdre le contrôle de ses données existe à chaque connexion. C'est un combat sur le long terme.

Comment faire pour se protéger?

Tout d’abord, les gens doivent agir contre Google et les autres géants. Il faut se grouper et porter plainte contre l'usage fait des données. Sur un autre niveau, l'action politique est nécessaire. Et puis il existe aussi des moyens technologiques de se prémunir contre l'espionnage de vos données personnelles, par exemple en utilisant le réseau TOR.

Au final, qui est-ce qui est le plus dangereux: la NSA ou Google?

Je pense que la plus grande menace, c'est l'indifférence des internautes pour la protection de leurs données. C'est une question de solidarité. Les utilisateurs doivent se grouper pour riposter et faire changer les choses. Sinon ils sont perdus. (Newsnet)

Créé: 01.10.2013, 07h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Michel ANDY

01.10.2013, 10:49 Heures
Signaler un abus 15 Recommandation 0

Aucune réaction ! Quand des données sensibles seront violées , il sera trop tard ... Répondre



Sondage

Accepteriez-vous de tester le vaccin contre Ebola?