La Une | Mercredi 23 juillet 2014 | Dernière mise à jour 07:41
Polémique

Google accusé de discrimination raciale

Par Simon Koch. Mis à jour le 04.02.2013

Le moteur de recherche cible ses publicités en fonction de la couleur de peau, affirme une étude américaine.

Les publicités affichées par Google varient de manière significative en fonction de critères raciaux.

Les publicités affichées par Google varient de manière significative en fonction de critères raciaux.
Image: archive/Keystone

Articles en relation

Mots-clés

[Alt-Text] >

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Google et ses précieux algorithmes ont un seul but: rendre nos recherches plus pertinentes. Pour y parvenir, le géant du Net récolte d’une part nos informations personnelles et compile d’autre part des milliards de requêtes pour en dégager les tendances les plus populaires.

Cette course au résultat populaire, si elle est statistiquement pertinente, agit parfois comme un révélateur des préjugés les plus tordus des internautes. Les suggestions de recherche «est-il juif?» ou «est-il gay?» induites par Google après avoir tapé le nom de certains politiciens ou célébrités en sont un exemple.

Préjugés racistes

Une étude publiée fin janvier par la professeure Latanya Sweeney de l’Université de Harward souligne que les préjugés racistes s'appliquent aussi aux publicités affichées avec chaque recherche. Elles varient de manière significative en fonction de critères raciaux. Selon l’universitaire, la recherche de patronymes connotés «afro-américains», comme Leroy, Kareem Keisha ou Kenya, entraîne plus souvent des annonces en lien avec la criminalité et le monde judiciaire. Typiquement des services pour savoir si une personne a déjà été arrêtée ou si elle possède un casier.

La proportion est de 25% contre 1% avec des noms connotés «blancs», tels que Brad, Luke ou Katie, rapporte le site de la BBC.

«Il y a de la discrimination dans l’affichage de ces publicités», constate Latanya Sweeney. Mais la chercheuse se garde d’accabler directement Google. Elle a demandé des informations complémentaires sur le fonctionnement d’AdSense, la régie publicitaire de Google.

Ciblage volontaire ou statistique?

Comme pour les suggestions de recherche parfois scabreuses, il est probable que les publicités soient ciblées de manière purement statistique, en reflet des préjugés racistes des internautes. Autre hypothèse, des publicitaires indélicats mais rusés ont acheté des mots-clés, en l’occurrence des noms «afro-américains» pour cibler l’affichage de leurs annonces.

Faut-il laisser faire, ou au contraire intervenir pour casser le cercle vicieux du préjugé. Avant de sauter sur Twitter et ses hashtag douteux, les associations antiracistes françaises s’étaient attaquées à Google pour qu’il n’associe plus le mot «juif» aux noms de personnalités. Un accord confidentiel avait été trouvé entre les deux parties l’été dernier.

(Newsnet)

Créé: 04.02.2013, 16h25