La Une | Samedi 2 août 2014 | Dernière mise à jour 10:19
Espionnage US

L'Europe s'organise pour avoir ses propres «clouds»

Par Pascal Schmuck. Mis à jour le 03.10.2013 2 Commentaires

Le scandale de la NSA a réveillé de nombreux États et entreprises sur les risques de stocker ses données aux USA. Les groupes européens en profitent pour investir massivement et occuper le créneau. En Suisse aussi.

Les solutions de stockage en ligne (Cloud) auront de moins en moins les couleurs américaines. Ici un visiteur au salon CeBit à Hannovre devant un symbole du Cloud-Computing.

Les solutions de stockage en ligne (Cloud) auront de moins en moins les couleurs américaines. Ici un visiteur au salon CeBit à Hannovre devant un symbole du Cloud-Computing.
Image: Reuters

Articles en relation

Galerie photo

Affaire Snowden: rétrospective en images

Affaire Snowden: rétrospective en images
Depuis le 5 juin 2013, les révélations de l'ex-consultant de la CIA sur les pratiques d'espionnage américaines on fait beaucoup de bruit. Edward Snowden, sa vie son œuvre en images.

[Alt-Text] >

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le scandale des programmes de surveillance de la NSA continue de déployer ses effets. Si les diplomates s'activent pour faire reconnaître ledroit à la «protection de sphère privée dans l'espace numérique», les industriels ne restent pas inactifs.

Les participants d'un congrès international organisé lundi 30 septembre à l'EPFL regrettaient le peu d'entrain des internautes pour la protection de leurs données alors que les solutions de stockages de données en ligne se multiplient. Avec pour la plupart, des serveurs basés aux États-Unis et donc soumis aux lois antiterroristes qui donnent des pouvoir accrus aux agences américaines de renseignement.

SAP en pointe

Les fournisseurs européens comptent donc en tirer parti pour mettre en avant leurs services. «L'Europe construit de gros Clouds, le scandale de la NSA est passé par là», confirme Bruno Crispo, professeur IT à l'université de Trente en Italie et spécialiste de la sécurité dans les Clouds. De fait, le nombre d'entreprises et de services bondit. «La demande va encore croître, rendant les Clouds attirants tant d'un point de vue entrepreneurial que technique.»

Parmi les ténors européens en première ligne de ce mouvement figure l'allemand SAP, qui a annoncé en septembre vouloir accélérer ses investissements dans les centres de données. Et selon le droit allemand, SAP peut fournir des services en ligne. Le groupe dispose jusqu'à présent de huit centres aux USA, en Europe et en Australie. Il en prévoit de nouveaux en Chine, en Russie, au Brésil et au Canada.

Swisscom ambitieux dans le Cloud

La Suisse n'est pas en reste, et compte profiter d'une législation très stricte dans la protection de la sphère privée. Swisscom prévoit la réalisation d'un centre de données global qui regroupera toutes ses activités de type Cloud dès 2014. «L'extension de cette nouvelle plateforme se déroule comme prévu», a indiqué le porte-parole Olaf Schulze. Il confirme que les fournisseurs européens ont le vent en poupe. «Nous sentons un intérêt marqué dans la sauvegarde de données en Suisse».

Le géant bleu se dit donc convaincu de faire partie d'ici quelques années des principaux fournisseurs de services Clouds dans le monde. «Les données sont sécurisées dans des centres parmi les plus modernes et ne quittent pas la Suisse en cas de transfert.»

La sécurité à améliorer

Bruno Crispo estime toutefois que ce n'est pas la garantie de pouvoir tenir éloignée la NSA. Sans compter que les services britanniques, qui collaborent étroitement avec leurs homologues américains, peuvent également se montrer intrusifs. Un système Cloud purement européen tant pour la technologie que pour les logiciels et absolument sûr serait difficile à créer.

Il recommande plutôt d'améliorer la sécurité au sein de ces services, comme de crypter les données chez l'utilisateur avant leur transfert dans un Cloud.

«C'est déjà réalisable technologiquement mais les fournisseurs n'avaient jusqu'à présent aucune raison pour y recourir.» Toutefois, le débat est en marche et l'Europe est beaucoup plus attachée à la protection de la sphère privée. «Certes, il existe encore des failles légales liées à des organismes qui interceptent ces données pour cause d'intérêt national. Ce qui devrait être rendu impossible tant du point de vue légal que technique» (Newsnet)

Créé: 03.10.2013, 17h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Serge Visini

03.10.2013, 16:51 Heures
Signaler un abus 8 Recommandation 2

Ca existe déjà! Utilisez Wuala. C'est crypté et leurs serveurs se situent en Europe!Pour 5Go c'est gratuit! Répondre


Tito Ortiz

07.10.2013, 23:00 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

+1 pour Wuala. : et je ne vois pas pour quelle raison les gens votent négativement le commentaire de Serge Visini qui informe qu'il existe une alternative à DropBox et autres. Répondre