Kim Dotcom se fait censurer puis pirater

MegaUploadLe Gabon a suspendu l’adresse du future site de téléchargement www.me.ga pour éviter son utilisation par Kim Dotcom. Dans la foulée, le site provisoire a été piraté.

Kim Dotcom dénonce l'influence américaine derrière la décision gabonaise.

Kim Dotcom dénonce l'influence américaine derrière la décision gabonaise. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«J’ai instruit mes services (...) afin que le site www.me.ga soit immédiatement suspendu», a affirmé mardi le ministre gabonais de l’Economie numérique, Blaise Louembé, soulignant vouloir «protéger les droits en matière de propriété intellectuelle» et «lutter efficacement contre la cybercriminalité».

«Le Gabon ne peut servir de plateforme ou d’écran dans la commission d’actes qui viseraient à violer les droits d’auteur en général, ni être instrumentalisé par des personnes peu scrupuleuses», a précisé le ministre.

Dans la foulée, le site a été piraté par un groupe de cyberactivistes. «Nous sommes de vrais pirates, les vrais anarchistes, explique le groupe Omega au site spécialisé Torrentfreak.Kim Dotcom tire uniquement avantage de nous tous, c'est un mégalomane avec des avocats dont le but est de tirer avantage de nous, les riens, les artistes dont il veut tirer profit.»

MegaUpload, le retour

La semaine dernière, Kim Schmitz, dit Kim Dotcom, le fondateur de Megaupload.com, réclamé par les Etats-Unis pour violation de droits d’auteur, a indiqué vouloir rouvrir son site MegaUpload en janvier 2013, un an jour pour jour après son arrestation en Nouvelle-Zélande.

Le ressortissant allemand, qui clame son innocence, avait affirmé vouloir relancer un site de partage de fichiers qui s’appellerait cette fois Mega et serait logé sur le site www.me.ga.

Pour Kim Dotcom, la réaction du ministre gabonais illustre la pression exercée au-delà de leurs frontières par les Etats-Unis et les défenseurs américains du Copyright. Et de préciser sur Twitter qu'il possède des adresses alternatives pour son site.

Adresse attribuée en France

.ga est le nom de domaine correspondant au Gabon. Un site de teasing lié à www.me.ga a souligné que les sites .com et autres .net étaient plus exposés à des poursuites judiciaires aux Etats-Unis.

«Le nom de domaine me.ga a été attribué par Gabon télécom à une personne physique domiciliée en France», a déclaré le ministre gabonais.

«Cette personne a accepté de procéder à la cession du site, soit directement soit indirectement» à Kim Schmitz, a ajouté le ministre. D’après M. Louembé, l’enquête menée par ses services a démontré que le site me.ga devait permettre de rediriger «le trafic vers un site hébergé en France et à partir duquel l’ensemble des données et des fichiers est accessible en ligne».

Le ministre gabonais a précisé que «les actuels ou futurs titulaires» du site pouvaient «justifier de leur intérêt légitime et de leur bonne foi quant à l’usage qu’ils comptent faire de ce site».

Créé en 2005 et installé à Hong Kong, le site Megaupload affirmait rassembler chaque jour 50 millions d’utilisateurs. (SK/afp/Newsnet)

(Créé: 07.11.2012, 10h29)

Mots-clés

Articles en relation

Kim Dotcom la met en sourdine

Téléchargment Le fondateur de MegaUpload a décidé de se faire plus discret sur Twitter, craignant que les annonces fracassantes dont il est un habitué nuisent à son dossier. Plus...

MegaUpload, le retour

Téléchargement Kim Dotcom a communiqué aujourd’hui l’adresse exacte de son futur site d’échange, non sans égratigner au passage le FBI. Plus...

Kim Dotcom lève le voile sur le nouveau MegaUpload

Téléchargement Totalement anonyme et multifonctionnel, le visage du futur site d’échange se dessine gentiment via Twitter. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.