La réalité virtuelle sur la Croisette

Savoir-faireEmmenées par le Festival Tous Ecrans, trois start-up suisses s’apprêtent à séduire Cannes

La start-up genevoise Apelab est venue montrer aux professionnels du cinéma la qualité de la réalité virtuelle suisse, en présentant son film immersif en 3D, «Sequenced».

La start-up genevoise Apelab est venue montrer aux professionnels du cinéma la qualité de la réalité virtuelle suisse, en présentant son film immersif en 3D, «Sequenced».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mais que diable viennent faire des start-up helvétiques au milieu des paillettes cannoises? Dessiner le cinéma de demain pardi! A l’invitation du Geneva International Film Festival Tous Ecrans et de la Swiss Digital Alliance, trois projets suisses particulièrement novateurs dans le domaine de la réalité virtuelle ont pu parader sur la croisette par le biais de l’événement Beyond Cinema: the Swiss Digital Revolution.

Parmi ces trois ambassadeurs de charme numérique chargés de chanter les louanges du savoir-faire suisse en matière de réalité virtuelle, on trouve deux start-up genevoises: Artanim, venue défendre Real Virtuality, un système qui permet d’interagir physiquement dans un univers virtuel, et Apelab, qui proposait Spatial Stories, un outil qui facilite une immersion intuitive dans une histoire en 3D à 360°. Associées aux Zurichois de Somniacs, heureux parents d’un simulateur de vol d’oiseau répondant au doux nom de Birdly, ces petites sociétés s’apprêtent potentiellement à révolutionner le septième art. «On ne retient souvent du Festival de Cannes que les paillettes, les montées des marches, les stars ou les scandales, poursuit Emmanuel Cuénod, directeur du Geneva International Film Festival Tous Ecrans. Or Cannes, c’est aussi le plus grand marché mondial de films, avec près de 12 000 professionnels sur place. Ces professionnels s’intéressent de plus en plus à l’audiovisuel de demain, et notamment à la réalité virtuelle, un domaine dans lequel les Suisses excellent. Encore faut-il le faire savoir.»

Enthousiasme et paillettes

Car il se murmure que la réalité virtuelle, VR pour les initiés, est incontestablement le média de 2016 (lire notre édition du 7 mai), entre les sorties commerciales des casques Oculus Rift et HTC Vive et les millions de heaumes numériques déjà aux mains du grand public. L’industrie du cinéma n’allait certainement pas laisser passer le train sans réagir. Si aujourd’hui nombre de réalisateurs et de producteurs de contenus lorgnent avec appétence ce nouveau média, c’est parce qu’il permet une nouvelle approche du cinéma, dans laquelle le spectateur ne se contente plus d’être assis passivement dans un siège face à un écran mais se trouve au contraire au cœur de l’action, parfois même acteur.

Certains courts-métrages tournés à 360° sont disponibles sur les plates-formes spécialisées et ont été présentés dans d’autres festivals. Apelab a par exemple présenté sa série Sequenced au dernier Festival de Sundance et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. «Nous recherchons des partenariats, explique Michaël Martin, game designer chez Apelab. Pas seulement pour des questions de budget mais aussi pour créer de nouveaux ponts entre le cinéma et les jeux vidéo. C’est difficile de connaître à l’avance les bénéfices que l’on peut retirer de notre présence à un salon ou un festival, mais ils sont toujours extrêmement positifs. On sent qu’il se passe quelque chose ces derniers temps.»

«Selon une étude récente de Goldman Sachs, le marché de la réalité virtuelle pèsera quelque 182 milliards de dollars annuels en 2025, poursuit Emmanuel Cuénod. On assiste déjà à un transfert de fonds du cinéma vers la VR dans les industries du divertissement, et ce mouvement va s’accélérer. On peut aussi imaginer que la VR participera à l’émiettement des publics, au même titre que les jeux vidéo ou les réseaux sociaux. Cela dit, mon impression est que la VR est une forme d’art en soi. A ce titre, ses conséquences sur le cinéma sont sans doute du même ordre que celles du petit sur le grand écran. Au début, on pensait que l’un tuerait l’autre, mais finalement ils se sont renforcés mutuellement.» Lancé l’an dernier, le show case helvète avait attiré plus d’une centaine de professionnels du monde entier et avait généré d’importants retours médiatiques et politiques. Cette année, Jérôme Paillard, le directeur du Marché du film de Cannes, a personnellement facilité la venue de Birdly et de Real Virtuality, deux projets particulièrement complexes en termes logistiques. Et pour la première fois, grâce au soutien d’Engagement Migros, le programme Beyond Cinema a été accompagné d’un module de match making qui a permis aux start-up suisses de rencontrer à Cannes des clients ou des investisseurs potentiels. «Nos équipes ont travaillé d’arrache-pied depuis des semaines et ont fait un travail incroyable: nous avons réussi à obtenir bien plus de rendez-vous que les objectifs que nous nous étions fixés. Preuve s’il en est de l’attractivité des projets numériques suisses. Avec Somniacs, Artanim et Apelab, la Suisse existe de manière très forte sur la scène internationale. Il s’agit maintenant de transformer l’essai et de faire en sorte que ces projets deviennent aussi des success stories économiques», se félicite le Genevois.

(TDG)

Créé: 14.05.2016, 11h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Fête de la musique
Plus...