La Une | Lundi 22 décembre 2014 | Dernière mise à jour 00:15
Vie privée

Swisscom veut sécuriser votre smartphone

Par Simon Koch. Mis à jour le 27.11.2013

L’opérateur propose depuis mercredi une appli gratuite, CheckAp, pour sécuriser les mobiles et traquer les mouchards.

Dans sa version Android, l’appli de Swisscom scanne les logiciels installés sur l’appareil et les compare avec une base de données réputée.

Dans sa version Android, l’appli de Swisscom scanne les logiciels installés sur l’appareil et les compare avec une base de données réputée.

Articles en relation

Mots-clés

[Alt-Text] >

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

En voilà une bonne idée: Swisscom met désormais à disposition des utilisateurs d’iPhone et de mobiles Android une application qui contrôle automatiquement la sécurité de leurs appareils.

Baptisée CheckAp, elle peut être téléchargée gratuitement sur l’App Store ou sur Google Play.

«Une application de lampe de poche n’a pas besoin d’accéder aux contacts, écrit l’opérateur dans son communiqué mercredi 27 novembre. Un jeu pour enfant n’est pas censé transmettre la position actuelle, et encore moins sans cryptage. CheckAp révèle aux clients de telles failles de sécurité.»

Plus complet sous Android

Dans sa version Android, l’appli de Swisscom scanne les logiciels installés sur l’appareil et les compare avec la base de données d’Appthority, une société spécialisée dans la sécurité des applications mobiles. Elles sont classées par ordre de sécurité et peuvent être directement désinstallées.

Dans sa version iPhone, CheckAp ne parle qu’allemand et ne scanne pas les applications installées sur l'appareil. Au lieu de cela elle affiche une liste d’applications populaires sous iOS. Une option de recherche permet de directement louer des informations sur une appli en particulier.

Pourquoi tant d’infos?

Swisscom a été épinglé cet été au moment de lancer son application de messagerie gratuite, au motif qu’elle transmettait une foule d’informations personnelles à des prestataires américains, pris forcément dans les filets de la NSA. L’opérateur s’est justifié en affirmant qu’aucun client n’était reconnaissable en raison de la fragmentation des données. Certes.

Le géant des télécoms n’a-t-il tiré aucune leçon? A lire les conditions d’utilisation de CheckAp, des données sont toujours transmises «à l’étranger», mais en nombre limité. En revanche, les informations collectées et traitées en Suisse vont bien au-delà de ce qui est nécessaire pour assurer un bon fonctionnement de l’application et son suivi.

(Newsnet)

Créé: 27.11.2013, 15h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment