L’EPFL réalise des selfies en 3D sur smartphone

AnimationDes chercheurs de la haute école fédérale ont réussi à créer des avatars animés sans recourir à un studio.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tout y est à part le rendu des cheveux, des oreilles et de l’intérieur de la bouche. Les visages animés en trois dimensions que crée le programme mis au point dans le Laboratoire d’informatique graphie et de géométrie de l’EPFL sont de véritables selfies artificiels que l’on peut réaliser en quelques minutes à partir d’un simple smartphone, même ancien, pourvu qu’il soit doté d’une caméra.

C’est une première dans ce domaine. En effet, pour obtenir des selfies de ce genre qui soient réalistes, il faut bénéficier pour l’enregistrement des différents plans composant le visage-avatar de conditions propres à un véritable studio de télé ou de cinéma, que ce soit au niveau de l’éclairage ou de la stabilité de la prise de vue.

Le travail d’Alexandru Ichim et de ses deux autres collègues de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne sera présenté la semaine prochaine lors de l’International Conference and Exhibition on Computer Graphics and Interactive Techniques (SIGGRAPH), à Los Angeles, aux Etats-Unis.

«Nous sommes partis du principe que les gens vont prendre des images dans des conditions impossibles à contrôler», souligne Alexandru Ichim, l’un des chercheurs qui a travaillé à ce programme. Principales difficultés: les variations de lumière, les prises de vue instables sans trépied, et une qualité limitée de vidéo liée à la caméra du téléphone.

Des éléments avec lesquels il a fallu jongler pour obtenir un bon résultat final. Car pour être crédible, un avatar doit être presque parfait. «Il suffit d’un détail pour que les gens aient une réaction de rejet, explique Alexandru Ichim. Le modèle doit avoir la bonne géométrie du visage, et reproduire la texture, la couleur ou des détails comme les rides d’expression.» Sans oublier l’animation: chacun sourit, bâille ou a l’air renfrogné d’une manière différente.

Les concepteurs du nouveau procédé prévoient de nombreuses possibilités d’utilisation dans un avenir proche: jeux, réalité virtuelle, discussions en ligne avec d’autres avatars, incrustation dans des films, visioconférence… voir même thérapie avec des avatars pour les personnes souffrant de schizophrénie, comme cela se fait déjà à l’University College of London. (TDG)

Créé: 05.08.2015, 15h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Election française
Plus...