Pour Rémy Pagani, le vent est en train de tourner sur RIE III

GenèveLe magistrat de SolidaritéS persiste à exiger un taux d’imposition de 16% et attaque durement la position fluctuante du PS.

Le conseiller administratif Rémy Pagani pense que Genève refusera le projet fédéral.

Le conseiller administratif Rémy Pagani pense que Genève refusera le projet fédéral. Image: Patrick Lopreno

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après avoir annoncé publiquement sa rupture de collégialité en novembre sur l’application genevoise de la réforme de l’imposition des entreprises (RIE III), le conseiller administratif Rémy Pagani réitère en janvier. Tout en malmenant la stratégie de son allié socialiste, l’élu de SolidaritéS estime que tout reste possible si les Genevois refusent le 12 février le projet fédéral RIE III.

Pourquoi vous manifestez-vous une nouvelle fois pour dire votre opposition à cette réforme?
Mais pour réexpliquer la position de SolidaritéS et d’Ensemble à Gauche sur RIE III. Et parce que, dans cette affaire, il y a un gros problème de gouvernance. Je trouve stupéfiant que ce soient les milieux patronaux et les multinationales qui aient décidé quel serait le taux d’imposition des bénéfices des entreprises. Les élus politiques et les partis n’ont pas osé contester leur taux de 13%. Nous, nous voulons 16% pour que l’opération soit financièrement neutre.

Sandrine Salerno a estimé qu’il valait mieux négocier pour limiter les dégâts. Vous trouvez cela absurde?
Le Parti socialiste pratique la fuite en avant. Ce qui est négocié, ce sont des miettes de compensation. Par exemple de ne pas couper dans les prestations. Mais voyez ce que veut la droite du Conseil municipal avec le budget 2017: couper dans les prestations. Je suis certain qu’avec 80 millions de francs en moins dans les caisses, on ne parviendra pas à ouvrir autant de places de crèche que ces dernières années. La stratégie choisie par le PS ne fonctionne pas, tant du point de vue politique qu’économique. Sandrine Salerno est contre le projet fédéral mais soutient le projet cantonal, c’est politiquement illisible.

Mais pourquoi sortir du bois aujourd’hui, en début d’année?
Parce que les décisions se prennent maintenant. Le PS se prononcera lundi soir.

Pourquoi évoquez-vous un retournement de veste?
Mon expérience politique me dit que le vent a tourné. Romain de Sainte Marie était le négociateur socialiste à la table ronde. Sur le même projet, avant les vacances, il était favorable. Aujourd’hui, il est contre. Et si jamais la droite fait quelques concessions après les votations fédérales du 12 février, ils changeront encore d’avis.

Ne font-ils pas simplement monter la pression?
Oui, mais pour obtenir des miettes, pas pour imposer un taux de 16% qui permettrait réellement aux collectivités publiques de maintenir les prestations et d’orienter l’économie vers un renforcement de nos PME.

Le 12 février, que ferez-vous si près de 60% des Genevois acceptent le projet fédéral RIE III?
Je pense plutôt que les Genevois diront non aux cadeaux sur les bénéfices des multinationales. Et je crois qu’il y a une chance que le projet soit aussi rejeté au niveau fédéral car la réforme n’apporte rien à la grande majorité des cantons.
Et même si la Suisse dit oui mais que Genève refuse, je ne donne pas cher du projet du Conseil d’Etat. Il devra revoir sa copie ou il courra à la catastrophe. Selon moi, la discussion devra alors porter sur le taux d’imposition et non pas sur un partage des miettes.

(TDG)

Créé: 11.01.2017, 11h02

Les partis gouvernementaux divisés

Lundi soir, trois des cinq partis représentés au Conseil d’Etat ont pris position sur la convention fixant les modalités de mise en œuvre politique de RIE III à Genève. Si le PDC et le PLR acceptent de signer le document, les Verts refusent, tout en précisant vouloir poursuivre la négociation.

Manifestement, les écologistes entendent mettre la pression sur les partis de droite pour arracher quelques concessions avant de se positionner définitivement. Car on en est là. Le coup de gueule du comité des Verts ne porte du reste pas explicitement sur le volet législatif cantonal (à l’étude en Commission fiscale du Grand Conseil), mais uniquement sur l’annexe que constitue le projet de convention.

Le cas est un peu différent pour le PDC et le PLR, favorables par essence à RIE III. Pour le PLR, «cette réforme est essentielle pour Genève et favorisera l’investissement et l’emploi à long terme dans notre canton». Il en appelle donc au rassemblement et chaque partie à la négociation à prendre ses responsabilités.

Le communiqué du comité directeur du PDC est de la même veine: «Nous souhaitons une véritable union politique pour préserver nos emplois et l’économie genevoise», plaide-t-il en conclusion.

L’appel sera-t-il entendu? Le comité du MCG se prononcera mercredi soir. Quant au PS, il tiendra une assemblée générale lundi soir. E.BY

Articles en relation

Bâle-Ville, Genève et Zurich en faveur de RIE III

Votation 12 février Les trois cantons affirment que la réforme de l'imposition des entreprises III (RIE III) est nécessaire à la prospérité de la Suisse. Plus...

RIE III Genève: un négociateur appelle le PS à voter non

Réforme fiscale des entreprises Le député et vice-président du PS Romain de Sainte Marie a participé à la table ronde cantonale. Il n’est pas convaincu du résultat. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.