La Une | Mardi 23 septembre 2014 | Dernière mise à jour 15:54

Discussion

L’Ecole Moser décide de vendre son savoir en ligne

Les cours au programme de la maturité seront mis sur internet. Elèves du privé et du public pourront y accéder, moyennant finance. Plus...

Par Aurélie Toninato.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

ALAIN MOSER

03.05.2012, 09:09 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

vous avez raison,il s'agit d'aider les élèves du postobligatoire à mieux comprendre et revoir des cours suivis en classe.Moseronline n'a pas vocation à remplacer le collège (gymnase) mais à aider les élèves à revoir et mieux se préparer aux échéances auxquelles ils ont à faire face (trim,exa,matu...) Répondre


Françoise Kenfack

02.05.2012, 12:03 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Très bon concept. Mais devrait rester un support à l'école conventionnelle. L'école est un tout, un lieu d'apprentissage, d'éducation, d'association et de discipline irremplaçable par un outil virtuel. Répondre



Retour au texte

Genève au fil du temps

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11

L'actualité croquée par Herrmann