Le colosse enfin récompensé

MorgesL'infatigable sculpteur Ewald Brigger a reçu samedi la distinction culturelle de la ville morgienne pour l'ensemble de son oeuvre.

Ewald Brigger est un visage emblématique de Morges.

Ewald Brigger est un visage emblématique de Morges.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«La Commune m’avait prévenu que je recevrais quelque chose cette année, mais j’ai appris dans le journal qu’il s’agissait de la distinction culturelle. Je suis très heureux, c’est une surprise totale!» Derrière sa barbe blanche et épaisse, Ewald Brigger laisse entrevoir un large sourire. Voilà depuis 1982 que le sculpteur taille la pierre sans relâche dans son atelier de la Coquette, avec une passion débordante. Aussi imposant qu’attachant, l’artiste aux origines haut-valaisannes est enfin honoré pour l’ensemble de son œuvre et succède au photographe Philippe Pache.

«Je vis dans la pierre», lâche sans détour Ewald Brigger, qui voue un véritable amour pour cette matière. De la poussière de granit recouvre même sa peau au moment où il prononce ces paroles. «La sculpture signifie beaucoup pour moi, c’est important qu’elle soit mise en valeur. Sans cet art, je n’existerais pas», poursuit celui que l’on surnomme «Michelangelo» dans la région.

«Pour la cérémonie, je suis venu avec mon costume campagnard et mon chapeau»

«Pour la cérémonie, je suis venu avec mon costume campagnard et mon chapeau», assure le colosse, habituellement paré d’un grand tablier. Ewald Brigger a fait beaucoup pour Morges. En 1992, il a notamment mis sur place le Symposium international de sculpture: un événement qui réunit des artistes du monde entier dans les jardins du Château et qui, aujourd’hui encore, fait rayonner la ville. «J’en suis fier», confie l’homme de bientôt 69 ans, qui occupe toujours son quotidien avec un maillet à la main. «Je me rends à l’atelier tous les matins, juste pour le plaisir!»

Le goût pour la sculpture est venu très tôt chez l’enfant de Grächen, un hameau niché au milieu des montagnes. «Je me souviens qu’à neuf ans déjà je voulais faire ça. J’ai vu un artiste de passage dans mon village et ça m’a donné envie», raconte le retraité tout en montrant des photos qui retracent son parcours. «J’ai eu un grave accident à Genève, où je suis tombé d’un échafaudage de dix mètres. Mais ça ne m’a pas empêché de me remettre au travail», lâche le Morgien d’adoption avec un fort accent suisse allemand.

La sculpture honorée pour la première fois

Après des années à façonner la pierre, les mains impressionnantes d’Ewald Brigger témoignent du dur labeur accompli. «Elles sont grandes mais ça n’a jamais été un problème. J’ai prouvé que même comme ça, on pouvait créer de belles choses. Et puis, c’est aussi l’esprit qui taille la pierre…», signale-t-il, l’air mystérieux. Ce sont ces mêmes mains marquées par l’effort qui ont reçu la distinction tant attendue. C’est Morges qui leur rend hommage, un lieu où le sculpteur s’est véritablement épanoui: bref, une ville taillée pour lui.

Le syndic de Morges Vincent Jaques salue le choix de la commission consultative des affaires culturelles: «Le nom d’Ewald Brigger est venu naturellement. C’est une personnalité morgienne depuis longtemps et il fait rayonner la ville avec le Symposium notamment. Il a démocratisé l’art de la pierre. D’habitude, cette distinction culturelle revenait à d’autres disciplines, comme l’écriture ou le théâtre par exemple. Mais ça fait grandement plaisir à la Municipalité que la sculpture soit honorée pour la première fois.» La cérémonie a eu lieu samedi matin au Château de Morges. (TDG)

Créé: 18.06.2017, 12h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La sécurité n'est plus le souci majeur des Genevois
Plus...