La Une | Jeudi 23 octobre 2014 | Dernière mise à jour 03:12
Haute-Savoie

Pourquoi l'accueil des gens du voyage se passe mal en Haute Savoie?

Par Luc Besançon. Mis à jour le 17.06.2013 13 Commentaires

Les installations sauvages et les agressions se multiplient, à tel point que les élus du Chablais vont mener une action en justice contre la mauvaise application du plan d'accueil du préfet.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

"Tires-toi ou on te casse les jambes" C'est bien la menace qu'a reçue la secrétaire du judo club de Frangy ce dimanche en voulant s'interposer pour empêcher des gens du voyage de pénétrer sur une aire de loisirs. A ce moment, l'adjoint au maire Fréderic Darlet prend sa défense et refuse lui aussi d'ouvrir la barrière. "Je me suis fais plaquer par trois hommes contre une voiture et j'ai pris un coup par derrière, puis après seulement, ils ont discuté" explique l'élu qui a eu le nez cassé. Cet événement repose la délicate question des aires d'accueil des caravanes de grand passage. Le maire de Frangy demande une escorte des forces de l'ordre pour accompagner les caravanes sur les aires prévues, mais encore faudrait-il que ces aires soient praticables.

En Haute-Savoie cinq aires d'accueil sont prévues. Deux sont fixes, aménagées comme des terrains de camping à l'année, et trois sont dites "tournantes". Rumilly et Allinges ont des aires fixes. Les arrondissement de St julien, Bonneville et Annecy ont fait le choix des aires tournantes. Cette année c'est Chêne en Semine pour la communauté de communes de la Semine, Groisy pour la communauté de communes du Fier et des Usses et La Roche pour le Pays Rochois. "Le problème des aires tournantes c'est qu'elles ne fonctionnent pas" tempête Astrid Baud Roche, adjointe au maire de Thonon et présidente du SYMAGEV, le Syndicat Mixte d'Accueil des Gens du voyage qui a construit et qui le terrain fixe d'Allinges.

Ces aires tournantes, ce sont des champs qui changent chaque année avec à chaque fois l'obligation d'y amener l'eau et l'électricité et de trouver un agriculteur qui accepte de louer son terrain. Or ces aires "tournantes" sont souvent refusées par les gens du voyage, parce qu'impraticables, ou mal accessibles. Particulièrement cette année ou seules les aires fixes drainées sont satisfaisantes, les autres étant gorgées d'eau. ()

Créé: 17.06.2013, 18h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

13 Commentaires

Zora Masé

18.06.2013, 03:24 Heures
Signaler un abus 130 Recommandation 6

Quand je veux voyager, personne ne m'accueille gratis. Je dois toujours tout payer. Ils n'ont qu'à faire comme nous : travailler, gagner son argent honnêtement et ils pourront s'offrir des voyages sans avoir à profiter des autres. Trop facile de se dire "gens du voyage" et laisser aux autres le soin d'organiser tous ses séjours, que l'on quitte de surcroît après les avoir trnasformés en dépotoir. Répondre


Pierre Jean

17.06.2013, 20:32 Heures
Signaler un abus 99 Recommandation 3

Parce qu'ils n'ont rien à y faire ? Répondre



Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11