D’ici trois ans, les bus TOSA rouleront sur la ligne 23

Transports publics genevoisLe système recharge aux arrêts, testé depuis un an entre l’aéroport et Palexpo, a fait ses preuves. Les autorités pensent plus loin.

Les batteries électriques des bus TOSA, situées sur le toit du véhicule, sont rechargées pendant quinze secondes à certains arrêts.

Les batteries électriques des bus TOSA, situées sur le toit du véhicule, sont rechargées pendant quinze secondes à certains arrêts. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Genève croit en son bus du futur: le TOSA. Après une période test d’un an entre l’aéroport et Palexpo, la technologie dite du «biberonnage», qui consiste à recharger les batteries électriques situées sur le toit du véhicule pendant 15 secondes à certains arrêts, a fait ses preuves. A terme, le Canton espère remplacer sa flotte de véhicules diesel, bruyants et polluants, par des TOSA.

«Ils seront mis en service sur la ligne 23 - entre l’aéroport et la Ziplo - dès que possible», annonce Luc Barthassat, magistrat en charge des Transports. Soit à l’horizon «fin 2016», précise Thierry Wagenknecht, directeur technique des Transports publics genevois (TPG). Dans l’intervale, un de ces bus pourrait être testé pour sur le tarmac de l’aéroport. Une étude de faisabilité est en cours. Une enveloppe de cinq millions de francs a été mise à disposition pour développer l’innovation et mener la phase pilote.

Le bus TOSA «est un bébé bien né, à qui on doit permettre de grandir», illustre Thierry Wagenknecht. Ses «parents» - les TPG, l’Office de la promotion des industries et des technologies, les Services industriels de Genève et l’entreprise ABB Sécheron - y veillent.

L’enjeu sera de devancer la concurrence en démarchant des clients en Suisse et à l’international. Jean-Luc Favre, directeur général d’ABB, est confiant: «TOSA est aujourd’hui le modèle le plus abouti, sa technologie peut faire rouler des véhicules de grande capacité et il se recharge en un temps record.» Il annonce trois «projets sérieux» en Suisse, cinq en Europe, deux en Asie et trois en Amérique. D’ici 2020, près de 800 000 nouveaux bus seront achetés chaque année dans le monde. Et de conclure: «10 000 d’entre eux pourraient être des TOSA».

(TDG)

(Créé: 11.03.2014, 17h47)

Mots-clés

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La BCE rachète pour 1100 milliards de dettes publiques
Plus...