Wikipédia se tourne vers les femmes

InternetLe contributeur type de l’encyclopédie participative est un homme, blanc et anglophone. Des ateliers visent à rétablir la parité.

Selon Natacha Rault, du Bureau de l’égalité: «Les grandes femmes sont absentes de Wikipédia ou alors dépeintes au travers de leurs relations à des hommes.»?

Selon Natacha Rault, du Bureau de l’égalité: «Les grandes femmes sont absentes de Wikipédia ou alors dépeintes au travers de leurs relations à des hommes.»? Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le premier atelier genevois, «Présentation de Wikipédia et du Gender Gap (ndlr: fossé de genre)», a été pris d’assaut. «On est obligé de cacher le projet car il suscite beaucoup d’engouement, on n’avait pas du tout anticipé cela, se réjouit Natacha Rault, chargée de projet au Bureau de l’égalité de l’Université de Genève. Peut-être est-ce l’impact de l’article du New York Times qui expliquait que 80% des contributeurs de l’encyclopédie participative sont des hommes, et qui a fait beaucoup de bruit?»

Ce mardi midi, une quinzaine de personnes – principalement des femmes de tous âges – écoutent attentivement Gabrielle Marie, représentante de Wikimedia Suisse, présenter les quelques clics nécessaires à la création d’une page sur l’encyclopédie participative ainsi que les règles de base de son fonctionnement: la neutralité de point de vue, le référencement des faits, l’objectivité. «Sur Wikipédia, nous ne sommes jamais propriétaire d’un article mais nous avons tous une responsabilité et tous les mêmes pouvoirs d’édition», rappelle Gabrielle Marie.

Combler le fossé de genre

Suivant l’utopie fondatrice de Wikipédia – «imaginez un monde dans lequel chacun puisse avoir partout sur la planète libre accès à la somme de toutes les connaissances humaines. C’est ce que nous faisons» – les six ateliers numériques sont dispensés gratuitement jusqu’à la fin du mois de décembre à l’Université de Genève. En contrepartie, les participants sont invités à combler le fossé de genre existant dans la région. Comment? En rédigeant un ou plusieurs articles sur des personnalités féminines romandes ou suisses. Une liste évolutive a été établie sur la page francophone de l’encyclopédie: «Projet biographie des femmes en Suisse». Une liste qui interpelle par sa non-exhaustivité. En effet, plusieurs politiciennes, artistes et scientifiques n’ont pas été répertoriées.

Bineta, adjointe scientifique à la faculté d’économie et de management, a choisi Olga Baranova. Elle ne connaît pas l’élue socialiste de la Ville de Genève mais se réjouit d’utiliser sa «casquette de chercheuse» pour connaître la politicienne. Cette Sénégalaise a également suivi la conférence donnée par l’ancienne présidente de la Wikimedia Foundation, Florence Devouard, qui évoquait également le manque de contributions venues du continent africain. «J’aimerais écrire sur les tenues traditionnelles qui se font en Afrique, faire connaître la culture et l’art africain. Il y a aussi beaucoup de choses qui se font pour l’éducation des femmes.»

A quelques ordinateurs d’elle, Elisa Banfi, collaboratrice à l’Institut d’études de la citoyenneté, parcourt l’historique de l’article «radicalisation» et celui sur l’«islam en Suisse». «Les étudiants utilisent Wikipédia comme source d’information, les chercheurs comme objet de recherche, explique-t-elle. J’étudie l’islam en Europe et je m’intéresse à l’évolution des terminologies dans le temps et selon la langue des contributeurs. Je regarde également les biographies et comment elles pourraient être complétées.»

Une source inégale

Sa voisine, France Besson-Girard, s’intéresse tout particulièrement aux différences linguistiques dans le traitement des sujets. La documentaliste est responsable des fonds japonais et coréens de l’Université. Elle constate une inégalité entre le traitement des sujets ayant trait à la sinologie entre l’encyclopédie anglophone et francophone. «Il y a encore beaucoup de travail à faire en français», souligne-t-elle. Elle n’exclut pas de s’attaquer à la traduction de certains articles. Pour débuter sur Wikipédia, elle a choisi de créer la page d’une musicienne romande de sa connaissance «qui mérite largement d’avoir sa page».

Natacha Rault, du Bureau de l’égalité, se félicite d’avoir pu rassembler à l’atelier un mélange de professeures, étudiantes, retraitées et employées du secteur privé. «C’est un atelier d’empowerment (ndlr: émancipation, responsabilisation et prise de pouvoir des femmes), explique-t-elle. Les grandes femmes sont absentes de Wikipédia ou alors dépeintes au travers de leurs relations platoniques ou maritales à des hommes. On s’attaque à ce biais, tout en restant conscientes qu’il n’est pas le seul existant sur l’encyclopédie rédigée par une majorité de jeunes anglophones blancs.»

Rédiger: «Il faut oser»

Gabrielle Marie est là pour montrer la voie et les encourager à se lancer. «Il faut oser. Faire des modifications n’est pas évident au début, mais même la correction de fautes d’orthographe est utile et c’est en pratiquant qu’on peut apprendre. Il ne faut pas hésiter à demander conseil sur les espaces réservés à la discussion, invite-t-elle. Les contributions sont utiles à la société. Pour rappel, l’encyclopédie est le 6e site le plus visité au monde et comptabilise 500 millions de visiteurs uniques.»

Lisa Mazzone,
une page huit heures après son élection

Dimanche 18 octobre à 23 h 59, une page sur Lisa Mazzone est créée sur Wikipédia. Huit heures auparavant, la politicienne Verte de 27 ans était élue au Conseil national. Le contributeur qui crée sa page répond au pseudo de Lucignolobrescia, habite Lausanne et travaille dans «la logistique et/ou le transport». Son article reprend les informations données par le site des Verts.

L’intéressée découvre que l’encyclopédie participative lui consacre une page, quatre jours après. «Un ami m’a écrit un SMS jeudi pour me dire que j’étais sur Wikipédia, se souvient-elle. J’ai lu l’article et découvert des fautes, notamment sur la profession de ma mère. La page la présentait comme chercheuse au CERN, alors qu’il s’agit de ma grand-mère.» Lisa Mazzone appelle son frère pour lui demander de rectifier le tir. «Des contributeurs très pointilleux lui ont écrit pour lui demander toutes ses références, expliquant que les témoignages familiaux ne suffisent pas!» s’amuse-t-elle.

Vendredi, d’après l’historique de la page, dix personnes différentes avaient alimenté la page Wikipédia de Lisa Mazzone, douze notes de bas de page donnaient des références à son sujet. «L’angle est assez politique, c’est le bon angle car c’est à ce titre-là que mon parcours peut intéresser», analyse l’élue Verte.

Ne regrette-t-elle pas de ne pas avoir eu de page durant la campagne? «Je n’y ai pas réfléchi, mais je ne crois pas que Wikipédia soit un outil de campagne. Durant celle-ci, il faut faire connaître son nom et ce n’est pas le bon endroit. Avoir une page Wikipédia sera plus utile maintenant, anticipe-t-elle. Être la benjamine du parlement national a suscité de la curiosité et grâce à l’article les gens pourront découvrir mon parcours au-delà de Genève.» (TDG)

Créé: 25.10.2015, 16h04

Wikipédia, c'est qui? c'est quoi?

Wikipédia est un projet d’encyclopédie universelle qui a été lancé en janvier 2001. Comme l’explique sa propre page, son contenu est hébergé sur Internet grâce aux serveurs financés par la Wikimedia Foundation, organisation américaine à but non lucratif. N’importe qui pouvant accéder au site peut modifier la quasi-totalité de ses articles. Wikipédia est le sixième site le plus fréquenté au monde, et constitue «le plus grand et le plus populaire des ouvrages de référence général d’Internet».


En février 2014, Wikipédia enregistrait 500 millions de visiteurs chaque mois. Le premier Wikipédia, soit la version anglophone, n’est aujourd’hui qu’une encyclopédie parmi 291 autres (soit autant de langues répertoriées). Il reste néanmoins le plus complet avec plus de 4,6 millions d’articles.

En 2014, 22 millions de comptes avaient été créés sur le site, dont plus de 73?000 par des personnes considérées comme des éditeurs actifs. Un article du New York Times de 2009 établissait le profil type de ces contributeurs: «Plus de 80% d’entre eux sont des hommes, plus de 65% des célibataires, plus de 85% sont sans enfants et près de 70% ont moins de 30?ans.» L.G.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Macron vainqueur
Plus...