La Une | Vendredi 18 avril 2014 | Dernière mise à jour 22:48
Santé

Vaccination contre la grippe: priorité aux plus fragiles

Par Sophie Davaris. Mis à jour le 23.10.2012

Comme il manque 400000 vaccins en Suisse, Berne demande à cibler la vaccination sur les groupes à risque et autorise l’importation de doses prévues pour le marché européen.

Image: TG

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Priorité aux plus fragiles. Alors que 400000 doses de vaccin manquent encore en Suisse - le fournisseur Crucell faisant défaut - l’Office fédéral de la santé publique a décidé ce matin que la vaccination contre la grippe devrait cibler les groupes à risque. Les personnes de plus de 65 ans, les malades chroniques, les femmes enceintes, leur entourage et le personnel soignant seront donc prioritaires. A Genève, le service du médecin cantonal va centraliser les doses existantes et encourage les médecins à commander les vaccins nécessaires à leurs patients, depuis que Berne a autorisé l’importation de doses initialement prévues pour le marché européen.

«Je n’ai pas le souvenir que cette situation se soit déjà présentée dans le passé», déclare la professeure Claire-Anne Siegrist, présidente de la Commission fédérale pour les vaccinations. Soulagée que Swissmedic ait autorisé l’importation de vaccins, la spécialiste assure: «Ces vaccins sont exactement les mêmes que ceux prévus pour le marché suisse. Seuls l’emballage ou le nom du vaccin peuvent varier. C’est une bonne nouvelle pour les médecins: il devenait extrêmement difficile pour eux de gérer l’incertitude. Ils ne savaient plus que dire à leurs patients.»

Reste une inconnue: si les importations prévues devraient suffire pour la Suisse, il n’est pas sûr que les autres fabricants parviennent à remplacer toutes les doses dont l’Europe a besoin. «L’Italie attendait elle, 2,3 millions de doses de vaccins de Crucell», ajoute Claire-Anne Siegrist. Que faire, à l’avenir, pour éviter une telle situation? Pas grand-chose, selon elle. «Produire un vaccin est un processus difficile et fragile, un problème peut arriver à n’importe qui. Notre malchance, c’est que le fabricant qui a eu un problème représente un tiers du marché.» La Confédération peut-elle intervenir pour diversifier l’approvisionnement? «Non: dans un système libéral, chaque médecin est libre de faire appel au fabricant qu’il souhaite.» (TDG)

Créé: 23.10.2012, 16h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

Des écoles genevoises introduisent iPad, tableaux interactifs et QR codes dans les salles de classe:




Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11

L'actualité croquée par Herrmann