Usine: deux élus réclament l’annulation de la coupe

GenèveIls demandent au Conseil d'Etat l'invalidation du vote du conseil municipal.

Image: Paolo Batiston/Tribune de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La polémique qui oppose l’Usine au Canton et à la droite municipale connaît un nouveau rebondissement. Deux élus de la Ville de Genève veulent faire annuler une décision prise par le Conseil municipal mercredi et qui consiste à couper les vivres à l’Usine. Ils ont écrit au Conseil d’Etat, autorité de surveillance, pour faire invalider ce vote. «On ne peut pas suspendre une subvention qui n’a pas été octroyée», clame Pierre Gauthier, élu d’Ensemble à Gauche et auteur de la démarche avec Stéphane Guex-Pierre, collègue de parti.

Mercredi soir, la droite du Conseil municipal a accepté un projet de délibération qui stipule que «l’ensemble des subventions 2016 de l’Usine sont suspendues jusqu’à ce que cette dernière se mette en conformité avec la loi». La majorité attend que l’Usine se soumette à la nouvelle loi sur le débit de boissons, ce qui implique qu’elle demande une autorisation pour chacune de ses buvettes.

«Cette délibération est sans objet puisqu’elle ne repose sur rien, estime Pierre Gauthier. Les subventions pour 2016 n’ont pas été votées. L’Etat doit donc invalider cette décision.» L’élu rappelle par ailleurs que la droite a refusé d’entrer en matière sur le budget, bloquant ainsi tout le processus budgétaire. «Je ne dénie pas le droit à la majorité de vouloir s’en prendre à l’Usine, mais elle n’utilise pas le bon outil.» Il invite ainsi le Conseil d’Etat à transformer ce texte en motion, qui n’est pas contraignante.

L’élu dénonce aussi le fait que le texte prévoit de faire payer à l’Usine les déprédations de la manifestation de samedi dernier. «On nage en plein arbitraire, poursuit l’élu. En droit, la punition collective est interdite et la responsabilité pénale est individuelle. La droite veut punir l’Usine alors que les faits n’ont pas été instruits. Le Conseil municipal n’est pas un tribunal.»

L’élu y voit une dérive. «La majorité de droite a décidé de diriger par ordonnance. On l’a vu avec l’engagement des pompiers, décidé sur le siège.» Et que pense-t-il du conflit avec l’Usine? «Il faut se mettre autour de la table pour sortir d’une situation qui ne peut conduire qu’à des affrontements.»

Les Verts montent aussi au front. Dans un communiqué, ils dénoncent le «bras de fer» entamé par la droite, «la volonté sous-jacente de démanteler le centre culturel». Ils demandent au Conseil d’Etat de débloquer les fonds de la Loterie Romande destinés à l’Usine et de régler «dans les plus brefs délais le différend administratif opposant ses services à l’Usine». (TDG)

(Créé: 30.10.2015, 19h02)

Articles en relation

Kanaan: «Avec l’Usine, la droite veut montrer ses muscles»

Interview Désavoué par le Conseil municipal, le magistrat en charge de la Culture fait le point. Plus...

La droite municipale punit l’Usine après le défilé des tagueurs

Genève la nuit Si elle n’obéit pas à l’Etat, la subvention de 2016 sera bloquée et les coûts des déprédations déduits. Plus...

Pierre Maudet: «Je n’ai pas l’intention de fermer l’Usine»

Interview Le conseiller d’Etat en charge de la Sécurité et de l’Economie revient sur le conflit avec le centre culturel. Plus...

La Ville prend le parti de l'Usine face à Maudet

Lieu culturel Le Canton veut soumettre chacune des cinq buvettes à autorisation. Kanaan refuse ce saucissonnage. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Herrmann en vacances
Plus...