Le triathlon de Genève est reparti sur les chapeaux de roue

TriathlonAprès une année de relâche, l’épreuve a replongé. Samedi matin, le Super Sprint a servi de lever de rideau à la 28e édition. Thomas Huwiler s’est imposé, les débutants n’ont pas trop galéré!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur le présentoir des quais, avec le jet d’eau en toile de fond, la carte postale n’a pas changé. C’est le rêve pour les touristes et l’idéal pour les triathlètes. En 2015, ce cadre enchanteur avait servi de théâtre à des Championnats d’Europe loués à la ronde pour la qualité de leur mise en scène. Puis, le Triathlon international de Genève a fait relâche, le temps pour lui de retrouver ses esprits et de s’adjoindre les compétences d’une nouvelle organisation. Deux ans après le sacre de la Suissesse Nicola Spirig, championne olympique à Londres, il était temps de replonger…

C’est ce qu’ont fait ce matin près de 200 concurrents, la première vague d’une 28e édition promise à un succès populaire éclaboussant. Il y avait là, sur la plage et le ponton des Bains des Pâquis, quelques athlètes affûtés et surtout beaucoup de débutants. Cette édition du renouveau leur est dédiée. Ce week-end, 63% de la participation totale (environ 1700 inscrits) y feront leur baptême de l’eau et du feu! A l’heure du départ, les visages sont un peu crispés. Un coup de corne de brume et c’est la délivrance. Pour cette première immersion, pas de distances vertigineuses. On n’est pas à Hawaii! 250 mètres de natation, ce n’est pas la mer à boire. Une montée du chemin de l’Impératrice à vélo, ce n’est pas le Mont Ventoux. 2,5 km de course jusqu’à la Perle du lac, ce n’est pas un marathon…

Mais, mis bout à bout, ce cumul d’efforts est déjà un joli défi, comme celui relevé par Klara. «Un défi entre copines», explique cette joueuse de foot, qui s’est surtout fait plaisir à la course à pied. «Avant, c’était un peu galère. Dans l’eau, on reçoit des coups et le vélo, je déteste. J’ai même dû mettre pied à terre dans l’Impératrice. Mais c’était quand même sympa…» Elle y reviendra peut-être, plus entraînée. L’envie éveillée. «Ce format Super Sprint est une excellente entrée en matière. Il favorise l’apprentissage du triathlon sans exiger un effort cardio trop brutal», souligne le Dr. Souheil Sayegh. Et de poursuivre: «Le triathlon est un sport qui a l’avantage de faire travailler l’ensemble du corps. C’est un bon moyen de bouger en variant les plaisirs.»

De fait, le triathlon regroupe… quatre disciplines, l’art de la transition - le moment où l’on passe d’un sport à l’autre en changeant de tenue et d’équipement le plus vite possible - n’étant pas forcément le plus aisé! Pour s’en convaincre, il suffit d’assister au remue-ménage qui anime le parc de change. Une vraie ruche où la reine du déshabillage se libère de sa combinaison de natation sans perdre les pédales. Ou, par précipitation et maladresse, beaucoup se mélangent les pinceaux… C’est dans ce lieu névralgique que Thomas Huwiler, le pistard devenu triathlète, a encore des progrès à faire!

Mais l’athlète du Stade Genève, sélectionné cet été pour les Universiades de Taipei sur semi-marathon, apprend vite. La preuve, il a aussi en poche son ticket pour les prochains Mondiaux de semi Ironman à Chattanooga, dans le Tennessee! C’est dans cette perspective qu’il a décidé, ce week-end, de participer aux trois triathlons de Genève! Avant les épreuves «short» (samedi à 16 h) et «standard» (dimanche à 10 h), il s’est ainsi déjà adjugé (en 26 minutes!) le Super Sprint en devançant Christophe Kolly, son entraîneur de natation! «Comme je dispute peu de triathlons, l’idée est de répéter ici les efforts et les exercices de transition. Techniquement et musculairement, c’est une bonne expérience à acquérir.» C’est souvent aussi la clé du succès.


Huwiler n’a pas encore fini son triathlon!

Le triathlon de Genève n’a pas encore coupé la ligne d’arrivée mais il a déjà réussi son grand retour. Samedi après-midi, porté par plusieurs vagues juvéniles, il a atteint un premier pic de popularité. Quelque 500 concurrents ont ainsi disputé l’épreuve «short». Si ce n’est pas encore un format maous, c’est déjà un effort costaud qui trouve son apogée dans les trois grimpettes du chemin de l’Impératrice. C’est là que Thomas Huwiler (encore lui!) et Maya Chollet ont forgé leur succès, quand d’autres y laissaient des plumes ou des illusions! «L’essentiel, c’est de franchir l’arrivée avec le sourire», s’exclamait un attardé heureux. Le bonheur du triathlète est multiple.

Après son succès du matin, Thomas Huwiler a donc fait double. Et cette fois, il ne cache plus son objectif. Non content de disputer les trois courses au programme du week-end, le Genevois veut toutes les remporter! Le pari est à sa portée car même en dominant ses adverses (vainqueur en 59’35, il devance Cédric Pirinoli de 3’36!), il parvient encore à en garder sous la semelle! Et techniquement, il améliore ses transitions. Cette fois, il n’a pas perdu de temps en ôtant sa combinaison. «J’avais mis de la vaseline pour faciliter l’opération, l’astuce a bien fonctionné. Mais j’ai quand même réussi à me tromper d’allée pour aller chercher mon vélo!»

Partie dans la troisième vague des nageurs, Maya Chollet a quant à elle fait une course de débordement. Animée par son caractère de battante, la récente gagnante du Tour du Canton a autant dépassé des concurrents qu’elle s’est surpassée. «C’était parfois rude dans l’eau ou dans l’Impératrice, mais c’était fun! Heureusement, j’avais Swann Oberson comme poisson pilote et, malgré une touchette, j’ai pu éviter la gamelle!» Son chrono final (1 h 06’57) lui donne des frissons. Dimanche, elle remettra ses baskets en relais tandis que Thomas Huwiler finira son triathlon… P. B. (TDG)

Créé: 15.07.2017, 13h39

Articles en relation

Genève retrouve son triathlon, plus populaire que jamais

Triathlon Après une année de relâche et sa reprise en main, l’épreuve repart de plus belle ce week-end avec 1700 concurrents inscrits. Plus...

A Genève, l’initiation au triathlon se fait dans le vif

Triathlon De retour au cœur de l’été (15-16 juillet), l’épreuve propose une palette d’épreuves pour tous les styles et tous les niveaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.