Transfert de prisonniers Iran-Etats-Unis sur le tarmac de l'aéroport de Genève

Iran-Etats-UnisUn avion suisse atterrit en fin d'après-midi à l'aéroport de Genève avec trois prisonniers américains libérés. Un appareil officiel des Etats-Unis les attend sur le tarmac.

Les passagers descendent de l’avion suisse qui vient d’atterrir sur le tarmac de Cointrin, à Genève. 
REUTERS

Les passagers descendent de l’avion suisse qui vient d’atterrir sur le tarmac de Cointrin, à Genève. REUTERS Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a confirmé ce dimanche en fin d'après-midi qu'un avion suisse en provenance d'Iran doit atterrir en fin d'après-midi sur sol helvétique. Selon nos informations, l'avion atterrira à l'aéroport international de Genève alors que depuis samedi soir se joue un ballet aérien au-dessus du tarmac genevois.

A bord de l'appareil se trouvent trois des quatre Irano-Américains libérés samedi par Téhéran dans le cadre d'un échange contre des ressortissants iraniens poursuivis aux Etats-Unis. Des médecins, un représentant du DFAE ainsi que la mère et l'épouse d'un des prisonniers libérés sont aussi à bord de l'avion. Les cinq personnes (trois prisonniers et deux membres de la famille de l'un deux) seront alors transférés sur un appareil du gouvernement américain, déjà en attente à Cointrin depuis quelques heures au moins, pour être emmenés sur une base américaine en Allemagne. Le quatrième prisonnier libéré par Téhéran ne se trouvait pas dans cet appareil pour une raison indéterminée à ce stade. La localisation de Nosratollah Kosravi, sur lequel peu de détails sont disponibles, n'était pas connue.

Le DFAE se félicite de'avoir pu jouer efficacement un "rôle actif de bons offices" et se réjouit de "cet échange qui contribue au rapprochement potentiel entre ces deux Etats après des décennies de tension".

A Washington, un haut responsable américain avait indiqué plus tôt dimanche que "tous les citoyens américains détenus ont été libérés et ceux qui ont souhaité quitter l'Iran sont partis", sans autre détail.

Le président américain Barack Obama devait faire une déclaration sur l'Iran dimanche à 15H45 GMT.

La Suisse a facilité l'échange

La télévision d'Etat iranienne avait indiqué que les quatre prisonniers irano-américains avaient pris place à bord d'un "avion spécial suisse" à destination de Berne en Suisse.

L'ambassadeur iranien à l'ONU, Gholam-Ali Koshroo, a déclaré que la Suisse, qui représente les intérêts des Etats-Unis en Iran, avait joué un "rôle positif et facilité" l'échange sans précédent entre les deux pays qui n'ont pas de relations diplomatiques depuis 1980.

De son côté, le quotidien Washigton Post a confirmé dimanche matin que son correspondant à Téhéran Jason Rezaian avait été libéré de la prison d'Evine à Téhéran et avait quitté le pays sain et sauf.

"Nous sommes soulagés que le cauchemar de Jason et de sa famille, qui a duré 545 jours, soit enfin terminé", a déclaré le directeur de publication Frederick Ryan dans un communiqué. Rezaian a quitté l'Iran à bord d'un avion avec sa femme Yeganeh Salehi, a ajouté le Post.

Jason Rezaian, 39 ans, avait été arrêté en juillet 2014 à son domicile de Téhéran où il travaillait comme correspondant du quotidien américain depuis deux ans. Il a été condamné le 11 octobre 2015 à une peine de prison dont la durée n'a jamais été annoncée. Il était jugé pour "espionnage" et "collaboration avec des gouvernements hostiles", faits pour lesquels il encourait jusqu'à 20 ans de prison.

Le quotidien américain s'est dit "extrêmement reconnaissant à tous ceux qui ont joué un rôle" dans la libération du journaliste, et a remercié ceux qui "à travers le monde ont pris la parole au nom de Jason et contre la rigoureuse mise en isolement qui lui a été injustement infligée".

De plus, la famille de l'ancien Marine américain Amir Hekmati, qui avait été condamné à mort en Iran en 2012 pour espionnage et dont la peine avait été commuée à dix ans de prison, a annoncé qu'il avait été remis en liberté par Téhéran, et qu'il "était dans un avion pour quitter le pays".

Visite en Iran

Amir Hekmati, 32 ans, avait été arrêté en août 2011 durant une visite à sa grand-mère en Iran. Reconnu coupable d'espionnage au profit de la CIA en dépit des démentis de Washington, il avait été condamné à mort en janvier 2012 mais sa peine avait été annulée deux mois plus tard par la Cour suprême iranienne qui l'avait ensuite commuée en une peine de dix ans de prison.

Après avoir passé 16 mois à l'isolement, il avait été autorisé peu avant septembre 2013 à rencontrer ses proches, recevoir des livres et écrire des lettres.

L'épouse du pasteur protestant Saïd Abedini, 35 ans, a tweeté dans la matinée: "Saïd a enfin quitté le sol iranien et est désormais en route vers la Suisse. Merci pour vos prières". Arrêté en septembre 2012 lors d'une visite en Iran, il a été condamné en appel en 2013 à huit ans de prison pour avoir organisé une étude biblique. (Tribune de Genève/TDG)

(Créé: 17.01.2016, 20h52)

Mots-clés

Articles en relation

Les géants du pétrole entre attirance et prudence

iran Avec la levée progressive et contrôlée des sanctions, la République islamique est amenée à jouer un rôle déterminant sur le marché énergétique. Plus...

La Suisse lève également les sanctions contre l'Iran

Nucléaire La Suisse avait décrété ses premières mesures contre l'Iran en février 2007. Plus...

Les Bourses du Golfe plombées par l'Iran et le pétrole

Marchés Les places financières des monarchies pétrolières du Golfe ont fortement chuté dimanche. Plus...

Réactions contrastées au dossier iranien

Accord de Vienne La levée des sanctions contre l'Iran dans le cadre de l'accord sur le nucléaire a été diversement accueillie. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Herrmann en vacances
Plus...