Le PS taille dans le vif pour désigner ses candidats

PolitiqueAnne Emery-Torracinta, Thierry Apothéloz et Sandrine Salerno seront en lice au Conseil d’Etat.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Parti socialiste en a-t-il assez d’être un gentil parti? Il n’a pas hésité à tailler dans le vif samedi à Lancy en lançant trois des siens à l’assaut du Conseil d’Etat: le conseiller administratif de Vernier Thierry Apothéloz, la magistrate cantonale Anne Emery-Torracinta et la conseillère administrative de la Ville Sandrine Salerno. Ils partent à l’assaut du gouvernement en espérant y arracher un siège supplémentaire, portant ainsi à deux leurs représentants.

Le choix a été sévère. Contrairement à 2013, où les quatre candidats socialistes avaient pu se présenter sans sélection, le parti a choisi cette fois d’être plus sélectif. Du coup, trois candidats et pas des moindres restent sur le carreau. Il s’agit de la présidente du PS et conseillère administrative d’Onex, Carole-Anne Kast, du conseiller national Carlo Sommaruga et du député Romain de Sainte Marie.

Un vote net

Les votes ont été clairs et nets. Au premier tour, Thierry Apothéloz, le chouchou des congrès socialistes (il avait déjà fini en tête en 2013 devant les militants) pulvérise l’opposition. La majorité simple étant de 215 voix, il recueille 257 voix sur 427. Il faut dire que Thierry Apothéloz est en campagne quasi depuis son échec sur le fil au Conseil d’Etat en 2013 et que la section socialiste de Vernier a enregistré 21 adhésions récemment (Le Temps du 12 mai)… Alors, Thierry Apothéloz a-t-il aidé la chance? «Il serait quand même grave que le PS n’augmente pas quand des échéances importantes se profilent», balaye le Verniolan. A noter que sans ces voix supplémentaires, le magistrat communal aurait quand même été désigné dès le premier tour. Dans la salle communale, l’ambiance commence à chauffer, puis les résultats suivants tombent. Les socialistes désignent Sandrine Salerno (208 voix) et Anne Emery-Torracinta (202) voix. Du coup, la conseillère administrative d’Onex (177 voix), Carlo Sommaruga (82 voix) et Romain de Sainte Marie (44), sont éliminés.

Le vote est clair, mais du coup le trio des gagnants ne compte ni représentants des locataires, ni représentants de l’opposition à la réforme cantonale de l’imposition des entreprises. Alors que les vainqueurs montent sur l’estrade de la salle communale de Lancy et appellent au rassemblement et à l’unité, d’autres grognent. C’est le cas du député socialiste et président de l’Asloca Alberto Velasco qui évoque avec dépit un «choix bizarre». Carlo Sommaruga ajoute diplomatiquement: «Bien que les candidats choisis soient excellents, l’ensemble des sensibilités du parti n’est pas représenté». «Au lieu de créer une unité, on a créé des clans», soupire de son côté Carole-Anne Kast.

Autre surprise: la conseillère d’Etat n’a pas fait un score éclatant. Bien que finalement portée en tête de liste à la demande de Thierry Apothéloz et de Sandrine Salerno, la magistrate cantonale est arrivée en seconde position au premier tour, puis encore en deuxième position au second tour. «Ma situation est un peu particulière, relativise la patronne du DIP et je prends mon score très sereinement. J’occupe finalement la première place, ce qui est un hommage envers le travail que j’effectue dans des conditions difficiles vu les majorités au Grand Conseil et au Conseil d’Etat.»

Peu de reports

Difficile de savoir ce qui a fait la différence entre les uns et les autres. A l’applaudimètre, après les discours du premier tour, les trois gagnants finaux avaient peut-être un léger avantage, mais sans plus. Et les discours de Carole-Anne Kast ou de Carlo Sommaruga étaient solides. A la fin du premier tour, Sandrine Salerno semblait même rattrapable par la magistrate d’Onex, puisque onze voix seulement les séparaient. Les reports de voix auraient pu lui permettre de passer l’épaule. ce ne fut pas le cas.

Dans l’après-midi, les militants ont encore mis la dernière main à leur liste de candidats au Grand Conseil. 51 personnes désignées. Dix personnes sont restées sur le tapis, dix hommes, puisque les statuts obligent à garantir au sexe minoritaire 40% des places. (TDG)

Créé: 13.05.2017, 21h18

Articles en relation

Le parti socialiste présentera trois candidats au Conseil d'Etat

Politique L'assemblée générale du parti réunie à Lancy a arbitré entre trois propositions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un attentat à Manchester fait 22 morts
Plus...