Des sympathisants d’Al-Qaida auraient trompé les autorités

ProsélytismeAu Molard, un stand arborait le nom de Ansar al-Charia, un groupe de salafistes djihadistes. La communauté musulmane est sous le choc.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’incident est presque passé inaperçu. Vendredi, au Molard, un stand arborait le nom du groupe djihadiste Ansar al-Charia, fondé en Tunisie après la chute de Ben Ali et considéré par les Etats-Unis comme une organisation terroriste. «Nous avons été choqués de voir que n’importe qui peut obtenir un stand auprès de la Ville de Genève, explique une jeune Tunisienne qui a contacté la Tribune de Genève. Je comprends qu’on ne reconnaisse pas le nom du groupe Ansar al-Charia, mais tout le monde connaît le drapeau noir des djihadistes.»

La Ville de Genève estime avoir été victime d’une tromperie: «La demande d’emplacement nous a été adressée par une personne qui s’est présentée comme l’imam du centre culturel albanais de Fribourg, explique Antonio Pizzoferrato, chef du Service de la sécurité et de l’espace public. S’il s’agit effectivement du groupe Ansar al-Charia, tant la Ville que l’Etat ont été trompés. Dans ce cas, nous ferons valoir nos droits par toute voie de droit utile.» Du côté du Canton, Emmanuelle Lo Verso, porte-parole de Pierre Maudet, se borne à confirmer que le Canton a également délivré une autorisation. Citée lundi par 20 minutes, qui a révélé l’affaire, la Ville de Genève avait d’abord évoqué une demande émanant d’un «centre culturel albanais».

Un précédent le 17 mai

D’après un document que s’est procuré la Tribune de Genève, un incident similaire s’est produit le 17 mai sur le marché de Plainpalais. François Rosset, président de l’Association professionnelle des brocanteurs genevois, avait alors exprimé ses doléances au conseiller administratif Guillaume Barazzone, l’invitant à prendre des mesures pour que la situation ne se produise plus.

«Ce sont des personnes de la communauté musulmane qui m’ont alerté, explique François Rosset. Un stand tenu par des islamistes intégristes les a scandalisées. Pour moi, l’islam en tant que tel est la religion la plus tolérante qui existe. Mais là, le doute n’était pas permis. Sans compter qu’un client arabophone, habitué des marchés, nous a traduit les slogans du stand: selon lui, ils appelaient au djihad…»

L’atmosphère était tendue, ce samedi-là. Le stand d’à côté aurait exhibé un drapeau à la croix de fer (symbole utilisé par les néonazis), d’après François Rosset. «J’ai vu que la situation pouvait éclater d’un moment à l’autre. Ce qui m’a le plus heurté, c’est que des enfants vendaient des pâtisseries pour une course d’école juste en face. Des agents de la police municipale sont intervenus, mais les djihadistes ont présenté une autorisation signée du département de Guillaume Barazzone…»

«Une calamité»

Il souligne cependant l’engagement du conseiller administratif, qui s’est rendu sur le terrain. Contacté, ce dernier déclare qu’il sera «très attentif à faire respecter la loi». Dans les deux cas, c’est la communauté arabe qui a donné l’alerte: «Pour nous, c’est une calamité, déplore Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation de l’Entre-Connaissance. Nous sommes consternés par ce qui est arrivé et nous condamnons les groupes affiliés à Al-Qaida ou à tout autre groupe djihadiste.» Basés à Genève, le centre culturel albanais Dituria et l’Université populaire d’Albanie ont également regretté la présence d’un tel stand. (TDG)

(Créé: 04.06.2014, 11h43)

Mots-clés

Doléances des brocanteurs genevois

Dans un document daté du 19 mai 2014, que s’est procuré la Tribune de Genève, l’Association professionnelle des brocanteurs genevois a transmis ses doléances au conseiller administratif Guillaume Barazzone, en charge du Département de l’environnement urbain et de la sécurité.
Une copie a été adressée à Pierre Maudet, son prédécesseur, maintenant en charge du Département de la sécurité et de l’économie à l’Etat de Genève.
«La présence par les temps qui courent d’islamistes intégristes tenant un stand sur la plaine de Plainpalais vantant les vertus de l’islam et distribuant des Coran a été très mal appréciée par tous. (…) Nous désapprouvons l’attitude de la Ville de Genève d’accepter et d’autoriser cela», écrit le président de l’association, François Rosset, au nom du comité in corpore. Tout en concédant que, «depuis plusieurs années, un stand fixe du marché vend la Bible»…

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

le Royaume-Uni quitte l'UE
Plus...