Le Prophète est prêt à briguer à nouveau le Conseil d’Etat

Elections cantonalesPaul Aymon veut mettre son grain de folie dans la campagne, comme en 2005, 2009 et 2012. Sa cible: les médicaments.

Paul Aymon, alias le Prophète, sera une nouvelle fois candidat en 2018.

Paul Aymon, alias le Prophète, sera une nouvelle fois candidat en 2018. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sa pensée n’est pas des plus faciles à suivre. Mais si son esprit vagabonde d’une idée à l’autre, certaines aspirations ne bougent pas. Comme lors des trois dernières élections du Conseil d’Etat genevois, Paul Aymon, dit Paul Sierre, alias le Prophète, veut être de la partie en 2018. En 2012, il avait obtenu 246 voix. Avec son humour, ses combats obsessionnels et son discours teinté de spiritualité, le Valaisan va détonner. Cela tombe bien, il adore ça.

Regard bleu plein de malice, vêtu d’un costume tout sauf conventionnel, Paul Aymon porte bien ses 73 printemps. La vie n’a toutefois pas été très tendre ces dernières années avec ce facétieux «serial candidat». Et il ne le cache pas: l’homme tente de se délivrer d’une curatelle, qu’il affirme avoir, au départ, volontairement sollicitée.

Curatelle et éligibilité

S’il n’y arrivait pas, son droit à participer à cette élection serait-il compromis? Sollicité, mais sans avoir connaissance du cas précis, le Département présidentiel répond que ce ne devrait pas être le cas, à moins que la personne concernée n’ait été frappée d’une suspension de ses droits politiques.

L’article 48, alinéa 4, de la Constitution cantonale prévoit certes que «les droits politiques des personnes durablement incapables de discernement peuvent être suspendus par décision d’une autorité judiciaire», en l’occurrence le Tribunal de protection de l’adulte et de l’enfant. Mais ce n’est pas forcément le cas d’une personne sous curatelle. Elle peut par conséquent être éligible au Conseil d’Etat (et également au Grand Conseil, dans un Conseil municipal et à un Exécutif communal).

Défense de la spiritualité

Le combat politique de Paul Aymon se mêle quelque peu avec ses déconvenues privées. Ce qui est assez souvent la marque de fabrique des candidats «exotiques» présents danse ce type d’élection. «Ma campagne sera axée sur la lutte contre ces prétendus médicaments délivrés par la plupart des médecins et contre les asiles psychiatriques, explique-t-il. Ces médicaments vous endorment et, surtout, vous privent de votre spiritualité.»

Aujourd’hui à nouveau domicilié officiellement à Genève, Paul Aymon est retourné vivre quelque temps à Chippis, sa commune valaisanne de naissance. A l’entendre, cela ne s’est pas trop bien passé. Ses propos iconoclastes et son humour décalé n’ont visiblement pas toujours plu. C’est à cette époque, vers 2012, que l’histoire de la curatelle a débuté.

Un tableau à 650 millions

Très remonté contre le juge du Tribunal de protection de l’adulte et de l’enfant qui gère son dossier, le potentiel candidat se plaint de son refus de lever sa curatelle. Il vient du reste d’écrire un courrier transmis à toutes les autorités politiques de Suisse et du canton, et dit s’être adressé à la Cour internationale de justice de La Haye.

«J’ai mis en vente un de mes tableaux – La tendresse – en juin 2016 et il m’a tout de suite interdit de le faire», poursuit-il. Résultat: depuis plusieurs mois, il place régulièrement une petite annonce dans le GHI pour trouver un acquéreur. Mise à prix aujourd'hui: 650 millions de francs! Provocation? Délire narcissique? Farce énorme? Lui assure en tout cas qu’il a reçu «une offre sérieuse».

Il est comme cela, Paul Aymon: insaisissable et inclassable. A la fin de l’entrevue, il lance encore: «Et n’oubliez pas de sourire. Avec le sourire, on passe entre les mailles du filet. Sans lui, elles se resserrent.» A méditer.

(TDG)

Créé: 19.05.2017, 14h34

Articles en relation

L’éternel retour du Prophète Aymon

Election au Conseil d’Etat Candidat loufoque, Paul Aymon multiplie les candidatures en solitaire. Dimanche encore, pour le Conseil d’Etat. Plus...

Le parti socialiste présentera trois candidats au Conseil d'Etat

Politique L'assemblée générale du parti réunie à Lancy a arbitré entre trois propositions. Plus...

Le président du PLR en lice pour le Conseil d’Etat

Politique Le député PLR Alexandre de Senarclens veut figurer sur le ticket des candidats au Conseil d’Etat. Plus...

3 candidats au Conseil d'Etat pour Les Verts genevois

Canton de Genève Ils ont désigné mercredi soir leur magistrat sortant Antonio Hodgers ainsi que Marjorie de Chastonay et Yvan Rochat. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un attentat à Manchester fait 22 morts
Plus...