Une planète chevelue comme une comète

GenèveDes astronomes genevois ont découvert une exoplanète qui laisse derrière elle une énorme traînée d’hydrogène.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Nous ne nous attendions pas du tout à voir ce que nous avons observé.» David Ehrenreich, astronome à l’Université de Genève (UNIGE), ne le cache pas: en pointant l’œil ultrasensible du télescope Hubble sur GJ436b, les membres du pôle de recherche national (PRN) PlanetS n’imaginaient pas faire une telle découverte. Cette exoplanète, dont la masse représente environ 23 fois celle de la Terre, possède une atmosphère qui laisse derrière elle une gigantesque traînée d’hydrogène. Ce nuage gazeux, sa «chevelure», donne à GJ436b l’aspect d’une comète.

«Un tel phénomène avait déjà été observé par le passé, autour de très grosses et très chaudes exoplanètes, note David Ehrenreich. Mais c’est la première fois qu’il est perçu avec une telle ampleur.» Selon les résultats publiés dans la revue Nature le 24 juin, la traînée d’hydrogène de GJ436b s’étend sur environ 15 millions de kilomètres. «Ce nuage est vraiment spectaculaire, poursuit David Ehrenreich. En tant que telle, GJ436b possède un diamètre qui équivaut à quatre fois celui de la Terre, comme Neptune. Mais avec son atmosphère, cette exoplanète se transforme en véritable monstre, affichant une taille bien supérieure à celle de son étoile – une naine rouge dont elle fait le tour en trois jours seulement.»

Selon les scientifiques, cette évaporation gazeuse permettrait d’expliquer comment certaines planètes – les super-Terres chaudes – ont perdu toute leur atmosphère pour ne devenir que des énormes cailloux gravitant autour de leur étoile. Néanmoins, même si son nuage est impressionnant, GJ436b ne semble pas promise à un tel destin: «Nous estimons que cette exoplanète s’est formée il y a quelque six milliards d’années, raconte David Ehrenreich, principal auteur de l’étude. Depuis cette époque, elle n’a perdu que 10% de son atmosphère. Il faudra donc très longtemps avant qu’il ne reste que son cœur solide.»

Le phénomène pourrait également permettre de mieux comprendre la formation des systèmes planétaires et notamment d’expliquer la disparition de l’hydrogène dans l’atmosphère de la Terre, un élément qui abondait il y a plus de 4 milliards d’années. En plus du passé, les chercheurs imaginent aussi l’avenir. «Dans trois ou quatre milliards d’années, notre Soleil va devenir une géante rouge. Il soufflera alors toute notre atmosphère, rendant impossible la vie sur Terre, raconte l’astronome genevois. Il est alors envisageable que notre planète se transforme en une sorte de comète géante possédant une gigantesque chevelure, à l’image de GJ436b.» (TDG)

Créé: 24.06.2015, 21h36

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après le vote sur les tarifs des TPG
Plus...