La peau du croco craque

BiologieUne équipe de l'Université de Genève tire des parallèles entre la peau de la tête des crocodiles et les rides

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chez les vertébrés, les plumes, les poils et les écailles se développent selon des processus génétiquement contrôlés. Une équipe de l’Université de Genève (UNIGE) a découvert une exception à cette règle: la formation de la peau par craquage.

Réalisés par l’équipe de Michel Milinkovitch, en collaboration avec Matthias Zwicker, de l’Université de Berne, les travaux dévoilent que les écailles de la face et de la mâchoire du crocodile émergent de ce processus physique aléatoire de craquage de peau lors du développement embryonnaire. Ils ont été publiés jeudi dans la revue «Science», indique l’UNIGE dans un communiqué.

«Contrairement à celle recouvrant le corps du crocodile, les écailles de sa face et de sa mâchoire ont une forme et une taille très variables d’un animal à l’autre. C’est ce qui nous a poussé à étudier leur origine», explique le professeur Michel Milinkovitch.

Tension mécanique

Les scientifiques ont combiné diverses approches pour étudier le motif anarchique de ces écailles. Les analyses démontrent que leur taille, forme et distribution spatiale est largement aléatoire et asymétrique, avec une grande variabilité interindividuelle, à l’inverse de ce que l’on observe chez les serpents et les lézards.

Les formes générées résultent vraisemblablement de la tension mécanique exercée sur la peau épaisse et rigide par la croissance rapide du squelette sous-jacent. Elles ne sont pas le fait d’une croissance génétiquement programmée.

Le motif de ces écailles faciales présente d’ailleurs des similitudes troublantes avec ceux des rides sur le visage humain, ainsi que des fissures de la peau associée à des pathologies, telles que le psoriasis, le diabète ou l’eczéma. Les résultats pionniers des chercheurs invitent à explorer les interactions entre les paramètres génétiques et physiques aléatoires au cours de la formation des animaux. (ATS/TDG)

(Créé: 29.11.2012, 21h14)
Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Suisses refusent l'initiative AVS+
Plus...