Noyade dans le Rhône: l'homme retrouvé dans le fleuve est décédé

Fait diversUn homme s'est noyé devant des témoins ce dimanche peu avant midi. Malgré l'intervention rapide des secours, la victime est morte à l'hôpital.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Trois appels à la centrale 118, ce dimanche matin à 11 h 36. L’un d’eux est très précis: un homme vient de couler dans le Rhône, en aval de la bouée No 2, cet îlot sécuritaire posé au milieu du fleuve, à la hauteur du débarcadère réservé à la police et aux pompiers.

Ces derniers sont sur place en deux minutes, les bateliers sautent dans leur embarcation. La police de la navigation les rejoint rapidement. Deux bateaux sur le plan d’eau. Dans les airs, l’hélicoptère de la REGA-HUG. Il fait un premier passage, repart chercher un plongeur sur le toit du poste de police, le long du quai marchand, et revient. D’autres moyens sont engagés sur terre, à la hauteur des ponts, mais c’est bien dans le périmètre de cette bouée installée le 7 juillet dernier que se joue le sauvetage.

Le corps de la victime est repéré au fond de l’eau, ramené à la surface par les plongeurs de la police de la navigation. L’homme, un Nigérian d'une vingtaine d'années, est inconscient. La réanimation commence sur le bateau de la police qui retourne à quai. Le SMUR est sur place. Le médecin monte à bord de l’ambulance pour assurer le transfert sanitaire vers l’hôpital, où la victime est décédée peu après son admission.

Les circonstances? A la police de les déterminer. Des patrouilles pédestres se rendent sur la rive en face, au pied des falaises de Saint-Jean. En face, c’est l’endroit bien connu de la jetée en béton et d’une petite plage qui permet d’avancer dans l’eau jusqu’à la taille. La version que l’enquête devra valider est celle de deux amis jouant dans l’eau, en ayant pied, car ni l’un ni l’autre ne sait nager. L’un d’eux perd l’équilibre, pendant que l’autre parvient à rejoindre la berge en s’accrochant aux branches. Le courant emporte la victime en l’éloignant de la rive.

Il fait beau, il fait chaud, la température du Rhône dépasse largement les 20 degrés. Entre les ponts Sous-Terre et Jonction, des dizaines d’embarcations en caoutchouc. Peu avant 12h, les secouristes engagés leur ont demandé de s’arrêter sur les bords pour ne pas déranger les opérations de sauvetage. Exactement comme on neutralise la circulation sur les lieux d’un accident. Quant aux bouées installées récemment, elles viennent de permettre à ces même secouristes de gagner de précieuses secondes dans leur travail.

Peu après midi, d’autres appels à la centrale d’urgence. Une deuxième noyade à la hauteur du pont ferroviaire de la Jonction? Les gens ont vu un corps partir sous l’eau et ne pas remonter. Oui, confirmé, mais c’était celui d'un plongeur amateur pratiquant son hobby en compagnie d'un ami. (TDG)

Créé: 16.07.2017, 13h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.