Mobilisation à Genève pour aider la Grèce

SolidaritéAvec la crise, beaucoup de Grecs n’ont plus de couverture sociale. Des Genevois récoltent dons et médicaments.

Quatre volontaires de l'association Solidaires avec la Grèce.

Quatre volontaires de l'association Solidaires avec la Grèce. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Alors que depuis plus de cinq ans la Grèce s’enfonce dans une crise profonde, une association, Solidaires avec la Grèce, s’est créée en début d’année à Genève pour venir en aide à ce pays sur le plan médical. Micheline Tiphticoglou, physiothérapeute, épouse d’un Grec de Céphalonie et habitante des Pâquis, explique que l’association (qui compte aujourd’hui quelque 60 membres) cherche à offrir une aide concrète et ciblée.

Ses membres ont été particulièrement touchés par le travail du cardiologue grec Giorgos Vichas. En 2011, constatant que de moins en moins de ses concitoyens avaient les moyens de se faire soigner, ce médecin a fondé le dispensaire Ellinikon dans la banlieue d’Athènes. La clinique, qui a été ouverte sans l’aide de l’Etat, compte aujourd’hui 260 bénévoles. Des médecins, des dentistes, des pharmaciens, des collaborateurs administratifs et logistiques qui viennent, après leur travail, quelques heures ou quelques jours par semaine donner un coup de main.

La rue est à vous

Au mois de septembre, alors que l’association n’était pas encore constituée formellement, «nous avons installé un stand dans le cadre de la manifestation La rue est à vous aux Pâquis, explique Micheline. En vendant des brochettes, des spécialités grecques et en expliquant la situation dramatique que traverse le pays, nous avons recueilli 2900?francs auprès de personnes de tous horizons.» Mais lorsque, quelques semaines plus tard, un petit groupe est arrivé avec cette somme au dispensaire Ellinikon, «on nous a expliqué que la clinique n’acceptait pas d’argent».

L’établissement suit en effet trois règles. Il n’accepte pas d’argent. Les dons doivent être en nature: médicaments, matériel ou services. Il tient farouchement à son indépendance et refuse toute récupération politique. Il ne fait aucune publicité pour ceux qui, grands ou petits, lui offrent des médicaments.

Vaccins pour les enfants

Alors, que sont devenus les 2900?francs recueillis? «Le dispensaire nous a donné une liste de médicaments et nous avons été les acheter dans diverses pharmacies d’Athènes. La clinique avait notamment besoin de vaccins pour les enfants. La couverture vaccinale pour les petits est aujourd’hui insuffisante, nous a-t-on dit, un phénomène qui inquiète les médecins.»

Au mois d’avril, quatre membres de l’association sont arrivés de nouveau à Athènes avec une valise de médicaments chacun. «Chaque fois que l’un de nous fait un voyage en Grèce, il prend avec lui quelques paquets pour la clinique. Un formulaire spécial est prévu pour passer la frontière, en cas de contrôle. A l’aéroport d’Athènes, une personne de la clinique peut venir chercher le matériel.»

Une vraie solidarité

Une association de pharmaciens fournit des médicaments à l’association. Des médicaments dont l’emballage a été endommagé et qui ne peuvent plus être vendus sur le marché. Les dons, eux, servent à acheter, dans les pharmacies athéniennes, tout ce qui peut être utile aux patients. Du matériel orthopédique est également collecté.

Micheline Tiphticoglou et d’autres membres de l’association, dont Christiane Tschopp et Florian Rochat, ont été impressionnés par la bonne organisation du dispensaire. Mais ce qui leur a fait la plus forte impression est la relation entre médecins bénévoles et patients. «Il n’y a pas de rapports de pouvoir, les relations sont égalitaires, respectueuses. Si un patient a, par exemple, une chaise en trop chez lui, il l’apporte. Chacun donne quelque chose, on sent une vraie solidarité.»

Contact: solidairesaveclagrece@gmail.com (TDG)

Créé: 27.07.2015, 19h32

Près de 3 millions de Grecs sans couverture sociale

Le budget de la santé hellène a été amputé de 25% depuis le début de la crise de la dette il y a cinq ans et les mesures d’austérité qui y sont associées. Les hôpitaux ne sont plus approvisionnés en médicaments et manquent de personnel. Après un an de chômage,les Grecs perdent tout droit à une assurance-maladie, de même que leur famille.

Près de 3 millions de personnes se retrouvent aujourd’hui sans couverture sociale. En outre, pour les assurés, la part qui est aujourd’hui à leur charge a beaucoup augmenté. Le dispensaire social métropolitain d’Ellinikon a fait des émules. Depuis 2011, d’autres cliniques gratuites du même type ont vu le jour. Elles s’entraident. Quand l’une manque d’un médicament, elle l’obtient de la part d’une autre.

Le fondateur du premier dispensaire, le docteur Giorgos Vichas, a expliqué dans plusieurs médias que des hôpitaux privés et certaines maternités apportent leur aide aux cliniques gratuites, même si la loi l’interdit. Le médecin a dénoncé plusieurs scandales hospitaliers, dont celui d’une maternité qui refusait de rendre un nouveau-né à sa mère tant que les frais d’hospitalisation n’avaient pas été réglés ou encore qui avait menacé de prison une réfugiée politique afghane à qui elle réclamait également de l’argent.

Au dispensaire, quelque 1500?consultations sont données chaque mois. En dehors des soins, la clinique offre un soutien psychologique aux chômeurs ainsi que de la nourriture (notamment du lait en poudre) et des couches pour les petits enfants. Cent enfants de moins de 3?ans sont reçus mensuellement.

Depuis son ouverture, la clinique a soigné 37?000?personnes. Chaque semaine, elle distribue pour 40?000?euros de médicaments. Elle a également créé un observatoire de la santé en Grèce.

Articles en relation

Le plan B fou qui devait sauver la Grèce

Crise de la dette L'ancien ministre des Finances grec raconte avoir été chargé de préparer un système bancaire parallèle si la Banque centrale européenne stoppait son aide d'urgence. Plus...

Des Suisses achètent des villas de luxe en Grèce

Crise de la dette Des Suisses profitent de la situation en Grèce pour acquérir des villas haut de gamme. Surtout qu'avec la fin du taux plancher, leur pouvoir d'achat s'en est trouvé accru. Plus...

Le parlement adopte un deuxième train de réformes

Grèce Les députés grecs ont adopté à une très large majorité le deuxième train de réformes réclamé par les créanciers d'Athènes en échange de négociations sur un nouveau plan d'aide. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.