Extension de Cornavin: Genève veut des chiffres

AménagementLa Ville et l’Etat veulent qu’un expert vérifie les coûts avancés par les CFF. Genève sera uni pour réclamer de l’argent à Berne

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Faut-il raser le bas des Grottes ou construire une gare souterraine? Le débat fait rage à Genève depuis que les CFF ont annoncé mardi leur préférence pour la première variante, moins chère que la seconde. Mais la Ville de Genève ne fait pas confiance à ces chiffres. Elle veut soumettre les études des CFF à un expert indépendant. Le conseiller administratif Rémy Pagani l’a annoncé hier dans nos colonnes. Son collègue radical Pierre Maudet lui emboîte le pas. «Nous sommes sceptiques sur ces études. Il faut les soumettre à un expert neutre.»

La variante nord, qui prévoit de réaliser deux voies supplémentaires à l’arrière de la gare, coûterait 800 millions, selon les CFF. Quelque 350 logements seraient détruits. La gare en souterrain est estimée à 1,7 milliard.

Un double enjeu

«Faisons cette étude indépendante, sinon les habitants ne seront jamais convaincus», concède la conseillère d’Etat Michèle Künzler. Et les CFF, sont-ils d’accord de livrer leurs études à l’expert? Ils se contentent d’affirmer que des discussions sont en cours.

Pour la Ville, l’enjeu est double. Rémy Pagani ne veut pas qu’on touche aux Grottes. Et Pierre Maudet insiste sur l’aspect financier: «En souterrain, tous les frais sont à la charge des CFF. Ce qui n’est pas le cas pour l’autre variante.»

Michèle Künzler prévient toutefois qu’il sera difficile d’obtenir de Berne plus que 800 millions. «Mais on peut imaginer qu’une initiative soit lancée pour que Genève finance le surcoût d’une variante en souterrain, si les citoyens le souhaitent.»

Un front commun à Berne

Toutefois, pour la responsable de la Mobilité, l’urgence est ailleurs. A Berne. Un paquet de 3,5 milliards de francs pour le développement du rail est en discussion aux Chambres. Cornavin n’y figure pas. Mais des cantons veulent augmenter l’enveloppe à 6 milliards. Ce qui permettrait d’inclure le projet genevois. D’où l’importance pour Genève de présenter un front commun. Or, il semble que le Canton et la Ville se soient mis d’accord sur l’essentiel. Le développement ferroviaire se fera à Cornavin. Oubliée l’idée de déplacer la gare centrale à la Praille ou à l’aéroport. Il en coûterait 5 à 6 milliards selon les CFF (lire nos éditions d’hier) . Cornavin restera donc le centre ferroviaire névralgique du canton.

C’est la position du Canton et c’est aussi celle de Rémy Pagani. Il espère convaincre rapidement ses collègues du Conseil administratif. «C’est un pas important qui se franchit, se réjouit Michèle Künzler. Nous pourrons mieux nous battre à Berne pour obtenir le financement.» Car l’agrandissement de Cornavin est urgent. La gare est proche de la saturation alors que le trafic voyageurs devrait doubler d’ici à 2030.

(TDG)

(Créé: 03.05.2012, 07h32)

Articles en relation

Les CFF confirment: il faut raser le bas des Grottes

Aménagement Les CFF souhaitent étendre Cornavin en réalisant deux voies au nord de la gare. En tout, 350 logements seront détruits. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'Europe somme la France d'interdire la fessée.
Plus...