L’intervention de l’Uni sort Dagun de prison

AsileLes garanties d’une bourse et d’un logement permettent de demander le réexamen du cas de l’étudiant tchétchène risquant l’expulsion.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est «un miracle de Noël» selon son avocate. La libération mardi soir de Dagun, cet étudiant en lettres tchétchène détenu à Frambois depuis le 2 décembre, ne s’est pourtant pas faite par magie. Le soutien inédit apporté par le rectorat, avec la garantie d’octroi d’une bourse d’études et d’un logement universitaire, ont permis au Canton de renvoyer le dossier à Berne.

«Le cas reste en suspens, avertit la porte-parole du Département de la sécurité, Emmanuelle Lo Verso. Mais il ne justifie pas la détention.» Autrement dit, le jeune homme est sauvé d’un départ imminent, sans être assuré de pouvoir rester en Suisse à long terme. «Il nous paraît plus opportun de le laisser finir ses études, mais je rappelle que les autorités fédérales sont les seules compétentes pour cette décision», a déclaré le président du Conseil d’Etat, François Longchamp, lors du point presse hebdomadaire. «Les éléments nouveaux qui garantissent l’indépendance financière de cette personne démontrent à Berne qu’elle peut subvenir à ses besoins sans recourir aux prestations sociales.»

L’étudiant a repris les cours dès hier. Contacté, il ne désire pas s’exprimer dans la presse. «Il souhaite retrouver la paix», précise son avocate. Sur son profil Facebook, Dagun écrit: «Oooouuuuffffff, enfin libre!!! Quel indescriptible bonheur!!! Je n’ai pas encore assimilé ce qui vient de m’arriver… Les gardiens m’ont dit que je me souviendrai de cet anniversaire-ci toute ma vie. Rien de plus vrai!… Un immense merci à toutes et à tous pour cette adorable et incroyable campagne de soutien! Aujourd’hui, je suis tombé amoureux de l’humanité…» Conscient qu’il ne s’agit que d’une victoire d’étape, il ajoute: «Il est encore tôt pour m’emballer, mais au moins, je suis en liberté.»

Du côté de l’Université, «on est satisfaits et heureux de sa libération, même si la procédure n’est pas terminée, réagit Matthieu Crettenand, adjoint au rectorat. Dagun est maintenant suivi par les services sociaux de l’Université, et nous regarderons de près l’évolution de sa demande de permis auprès du Secrétariat d’Etat aux migrations. Il faut avancer particulièrement subtilement maintenant.»

La manifestation de soutien de la communauté universitaire a-t-elle aussi pu faire pencher la balance? Selon un expert de l’asile, qui préfère rester anonyme, «la médiatisation de cas particuliers peut leur porter préjudice. Berne déteste les projecteurs.»

Quant à la création d’une délégation au sein du gouvernement pour traiter des cas de renvois complexes – comme le suggère l’ancien chef du Département de l’instruction publique, Dominique Föllmi (notre édition de mercredi) – François Longchamp la rejette . «Une délégation, ça sert à préparer un dossier, se coordonner. Ce n’est pas un mode de fonctionnement. Il y a eu une délégation à l’asile, cela dit elle n’était pas en charge des dossiers individuels, mais de la politique d’hébergement.»

(TDG)

(Créé: 21.12.2016, 07h57)

Articles en relation

Le rectorat et les étudiants main dans la main pour Dagun

Asile Plus de 150 personnes se sont réunies à Uni Bastions pour s'opposer au renvoi de l'étudiant tchétchène. Plus...

L’Université mobilisée contre l’expulsion d’un étudiant

Asile Le Tchétchène aurait dû obtenir son Bachelor en 2017. Arrêté, il court un réel danger en Russie selon ses avocates. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

2016 a été l'année la plus chaude de l'histoire
Plus...