L’entrée nord de la ville prend de la hauteur

GenèveLe premier immeuble de la ville en arrivant depuis Lausanne va être surélevé de trois étages.

Pas moins de 50 appartements seront créés. Des duplex occuperont les deux étages supérieurs.

Pas moins de 50 appartements seront créés. Des duplex occuperont les deux étages supérieurs. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’entrée nord de la ville, en arrivant depuis Lausanne, a changé de visage. Sur l’ancienne zone industrielle de Sécheron s’élèvent des bâtiments aux architectures audacieuses, et surtout aux volumes inhabituels. Preuve que la ville s’assouplit et prend de la hauteur. Une dernière surélévation viendra parachever ce mouvement, en face de l’OMC. Elle chapeautera, sur la rue de Lausanne, le long immeuble, construit dans les années 60, qui signale l’entrée de la ville. Trois étages de plus.

Les propriétaires ont organisé un concours d’architecture et nommé, dans le jury, une majorité d’architectes indépendants. «Ils nous ont convaincus de choisir cette proposition, bien qu’elle soit la plus élevée, rapporte François Micheli, pilote du projet. Nous sommes en entrée de ville, les nouveaux bâtiments alentour font preuve d’une certaine liberté, ils nous ont encouragés à oser.» Le projet retenu est celui du bureau genevois Lacroix-Chessex, celui-là même qui a réalisé l’immeuble d’étudiants qui surplombe l’avenue de France, 500 mètres au-dessus.

La Ville de Genève a émis un préavis négatif, en raison du fort dépassement des gabarits, l’immeuble culminant à près de 34 mètres après surélévation. En revanche, la Commission d’architecture a relevé «l’intégration du projet à l’échelle du quartier», constitué de bâtiments de grande hauteur. Elle a aussi noté l’absence d’habitants dans le voisinage qui pourraient être gênés. Elle a donné un préavis favorable.

La surélévation permettra de créer pas moins de 50 appartements. Des duplex occuperont les deux étages supérieurs. Ils ont été agencés de manière à ce que les pompiers puissent accéder à tous les habitants.

Le projet a dû passer sous les fourches Caudines de la Loi sur les démolitions, transformations et rénovations, la fameuse LDTR. Le Département de l’urbanisme ne veut pas de «villas sur les toits», constituées de très grandes pièces aux loyers élevés. «Nous avons beaucoup travaillé pour nous conformer à ces prescriptions», relève François Micheli. In fine, le prix moyen à la pièce se montera à 7588 francs par an. Soit 3100 francs par mois le 5 pièces. «La rentabilité est faible. Mais le propriétaire investit dans une perspective à long terme. Les loyers des logements actuels ne seront pas augmentés.»

La surélévation implique de raboter la superstructure où se trouvent les étages supérieurs des duplex existants. Cela suppose de résilier les baux de ces locataires. De ce fait, des recours ont été déposés. Ils sont en cours de traitement. En revanche, la Ville de Genève, malgré son préavis défavorable, n’a pas recouru. (TDG)

Créé: 01.09.2015, 23h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les cent jours de Trump
Plus...