Des élus rêvent d’unir Carouge et Lancy

Fusion de communesLe PDC de la cité Sarde dépose une motion pour unir les deux villes. Le projet, visant à la création d’une commune de plus de 54 000 habitants rouvre le débat sur les fusions de localités.

Prise de vue aérienne. Les communes de Carouge et Lancy totalisent 60% de la superficie du territoire Praille-Acacias-Vernets (PAV), amené à connaître un développement sans précédent. Une fusion des deux communes leur offrirait un plus grand poids dans les décisions du PAV, estime le PDC carougeois.

Prise de vue aérienne. Les communes de Carouge et Lancy totalisent 60% de la superficie du territoire Praille-Acacias-Vernets (PAV), amené à connaître un développement sans précédent. Une fusion des deux communes leur offrirait un plus grand poids dans les décisions du PAV, estime le PDC carougeois. Image: Laurent Guiraud/Tribune de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Il faut arrêter de multiplier les infrastructures et les services coûteux dans chaque commune», tempête Sophie Buchs. La jeune conseillère municipale PDC à Carouge déposera prochainement, avec son parti, une motion visant à fusionner les villes de Lancy et de Carouge. Deux communes totalisant près de 54 000 habitants. Si les projets de fusion sont très en vogue, ils visaient jusque-là de petites localités, souvent en proie à des difficultés administratives. Mais l’idée de créer un nouveau mastodonte qui deviendrait la deuxième ville du canton avec un Conseil administratif professionnel à cinq et une population supérieure à certains cantons suisses est une première. «Lancy comme Carouge sont des communes en plein développement, détaille Sophie Buchs. Les infrastructures nécessaires coûtent cher et, même si nos capacités financières sont encore bonnes, il faut s’attendre à terme à de réelles difficultés à assumer les prestations nécessaires.»

«Vers plus d’efficience»

La jeune élue évoque notamment les investissements culturels et sportifs. En limitant les millefeuilles administratifs, le PDC de Carouge estime que les ressources seraient mieux distribuées sur le terrain. «Avec une seule structure administrative et des antennes dans les quartiers, on répondrait mieux aux besoins de la population dans les domaines culturels ou de la petite enfance», poursuit celle qui défend aussi la position des communes dans les projets de développement Praille-Acacias-Vernets (PAV). «En fusionnant, on se retrouve avec 60% du territoire du PAV, ce qui devrait nous offrir un plus grand poids dans les décisions.»

Conscient qu’un tel projet touche aussi à l’identité forte des Carougeois et des Lancéens, le PDC de Carouge ne veut pas mettre la charrue avant les bœufs. «Nous réclamons d’abord une première discussion entre les Mairies, suivie d’une réunion des deux Conseils municipaux, afin de développer nos arguments.»

Le PDC de Lancy a, pour sa part, refusé d’entrer dans la danse. «Nous avons étudié l’idée, mais nous ne sommes pas prêts à une fusion, souligne Martine Casutt, présidente du PDC de Lancy. L’idée n’est pas farfelue, mais mériterait d’être développée en termes d’intercommunalité et de synergies, pas en allant jusqu’à fusionner nos autorités.»

Les maires sceptiques

Contactés, les maires socialistes de Lancy et de Carouge ne partagent pas non plus l’enthousiasme du PDC de Carouge: «Pourquoi devrait-on fusionner deux très grandes communes qui fonctionnent bien?» A Carouge, Stéphanie Lammar souligne l’importance de l’histoire de la Cité sarde, bien différente de celle de Lancy. «Il y a une âme propre à Carouge, je ne vois pas une telle fusion être acceptée par la population, qui tient à son identité.» Comme son homologue lancéen, Frédéric Renevey, la magistrate rappelle que Lancy et Carouge font déjà partie de la communauté de communes urbaines créée justement, avec la Ville de Genève, pour défendre les intérêts des trois entités dans le PAV. «Nous ne serions pas plus efficaces avec une fusion», assure-t-elle, soulignant que dans d’autres domaines, pompiers et police municipale notamment, Lancy et Carouge collaborent déjà étroitement.

Frédéric Renevey estime, pour sa part, qu’il verrait plutôt une fusion avec Onex ou Plan-les-Ouates. «Ce sont des localités de même configuration architecturales ou de population, explique-t-il. Nous travaillons d’ailleurs étroitement avec elles dans le domaine social ou, par exemple, dans le quartier intercommunal de La Chapelle, où nous avons réalisé l’école primaire avec Plan-les-Ouates.» Les deux magistrats se disent toutefois prêts à ouvrir une discussion entre les Exécutifs et leurs Conseils municipaux respectifs.

Le Canton prépare un projet de loi

Ce projet de fusion entre Lancy et Carouge ne convainc pas d’emblée les élus, mais il arrive au moment où le Canton prépare un projet de loi encourageant ces regroupements. Ce texte d’application de l’article 138 de la Nouvelle Constitution définira les critères d’aide allouée aux communes qui souhaiteraient fusionner. La nouvelle loi ne sera pas contraignante. «Une telle idée n’a de sens que si elle est portée par les communes elles-mêmes, souligne le président du Conseil d’Etat, François Longchamp, ne souhaitant pas se prononcer sur le cas particulier. Mais je salue l’idée que le débat soit lancé au sein d’une commune genevoise.» Selon la Constitution, une double adhésion est nécessaire pour arriver à une fusion. A savoir celle des deux Conseils municipaux et celle du peuple appelé aux urnes le même jour. «Il faut également que les deux localités partagent une frontière», précise François Longchamp, expliquant que toute demande de fusion de communes sera étudiée avec la plus grande diligence par le Conseil d’Etat. (TDG)

Créé: 27.01.2016, 07h20

L’Association des Commune sollicitée par l’Etat

Président de l’Association des communes genevoises (ACG) et maire de Vernier, le socialiste Thierry Apothéloz juge la démarche intéressante. «Je n’aurais pas imaginé une fusion entre ces deux communes-là, mais cette initiative a le mérite de lancer le débat et permettra d’étudier les rapprochements possibles entre communes, précise le magistrat. Il est toujours intéressant de chercher des synergies. Et pourquoi pas entre deux grandes communes.»

Le président de l’ACG remarque que «les projets de fusion touchent généralement de petites localités en proie à des difficultés administratives ou manquant de ressources. Car pour répondre à son engagement de proximité, une commune ne devrait pas aller au-delà de 50 000 à 60 000 habitants.»

Pour l’ACG, l’initiative carougeoise a le mérite de faire réfléchir au développement de collaborations intercommunales. Thierry Apothéloz rappelle que plusieurs communes, à l’image de Confignon et Bernex, ont déjà fusionné certains services. Corsier, Anières et Hermance travaillent aussi ensemble dans certains domaines, mais fusionner n’est à l’ordre du jour d’aucun Municipal genevois.

Les regroupements sont pourtant d’actualité. On le voit en France avec les nouvelles régions ou les nombreuses petites communes vaudoises et fribourgeoises qui ont fusionné ces dernières années. A Genève, l’esprit de clocher domine encore, malgré les encouragements. «Nous venons de répondre au Conseil d’Etat qui prépare le texte d’application de la loi et l’ACG a pu obtenir des garanties satisfaisantes quant aux montants accordés par le Canton aux communes qui fusionneraient.» Un montant calculé au prorata des capacités financières et de la taille des communes concernées.?I.J.H.

Articles en relation

La loi sur la fusion est mise en consultation

Communes genevoises En 1816, Genève comptait 34 communes. Plusieurs scissions ont eu lieu au XIXe siècle et une fusion en 1931. Plus...

Trop de communes à Genève? Oui dit Sami Kanaan

Législature 2015-2020 La prestation de serment des 137 magistrats communaux a été réglée en 45 minutes. Plus...

Des fusions de communes à la chaîne

Politique La tendance est aux concentrations dans une bonne partie du pays depuis plusieurs années. Décryptage. Plus...

Cliquer sur l'infographie pour l'agrandir (Image: Olivier Chiacchiari)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un attentat à Manchester fait 22 morts
Plus...