Dominique Warluzel sous le coup d'une nouvelle accusation

Coup de feu à la RéserveL'avocat est convoqué par le procureur, accusé d'avoir rudoyé un soignant du quartier carcéral des HUG. Il conteste.

Le Ministère public reproche à Dominique Warluzel d'avoir posé ses doigts sur la gorge du soignant en lui jetant: «Je vais m'occuper de ta carrière». Dominique Warluzel conteste cette version.

Le Ministère public reproche à Dominique Warluzel d'avoir posé ses doigts sur la gorge du soignant en lui jetant: «Je vais m'occuper de ta carrière». Dominique Warluzel conteste cette version. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une nouvelle accusation pèse aujourd'hui sur Dominique Warluzel. Selon nos informations, l'avocat, incarcéré depuis le 2 janvier au quartier cellulaire des HUG, aurait rudoyé un aide-soignant. Ce dernier s'en est ouvert à sa hiérarchie et la direction de Champ-Dollon a porté plainte. Du coup, Dominique Warluzel est convoqué le 26 février prochain par le Ministère public pour être confronté à cet homme. Il sera mis en prévention pour violence ou menaces contre les autorités et les fonctionnaires car le soignant est un employé de l'Etat.

L'avocat conteste

L'un de ses avocats, Me Pascal Maurer, nous confirme cette information, tout en précisant que l'employé en question n'a pas déposé plainte, les HUG non plus: «Mais un rapport a été envoyé à la direction de Champ-Dollon qui, à son tour, l'a transmis au procureur Walther Cimino, explique Me Maurer. Le Ministère public reproche à Dominique Warluzel d'avoir posé ses doigts sur la gorge du soignant en lui jetant ‹Je vais m'occuper de ta carrière›. Dominique Warluzel conteste cette version. Pour lui, il ne s'est rien passé. Tout au plus une dispute. Mais le procureur, dans son refus de lui accorder la liberté provisoire vendredi dernier, a utilisé ce nouvel épisode pour dire: vous voyez bien qu' il peut récidiver même sans arme.»

Le tribunal de la détention savait

Ces faits se sont déroulés le 4 février. Me Maurer indique que le Tribunal des mesures de contrainte (TMC) les connaissait et que la mise en liberté a été accordée lundi en connaissance de cause. «Le TMC ne s'est même pas prononcé là dessus. Nous avons expliqué que cet épisode était lié à son état de santé et n'avait pas l'importance que le Ministère public voulait lui donner. Le TMC a compris la situation. Notamment en posant dans sa décision l'obligation pour Dominique Warluzel de se soumettre à un suivi psychothérapeutique régulier abordant également les questions de l'humeur, de l'irritabilité, des relations à autrui et de la violence.»

Rappelons que l'ex-ténor du Barreau genevois, également défendu par Me Jacques Barillon, a été arrêté en début d'année, accusé d'avoir tiré sur son aide-soignante alors qu'il résidait dans une suite du Palace La Réserve. Il a été prévenu pour ces faits de tentative de meurtre et de mise en danger de la vie d'autrui. Depuis un double AVC en 2013 et 2014, son état de santé s'est détérioré aussi bien sur le plan physique que psychique.

Lundi dernier, contre le préavis négatif du procureur Walther Cimino, le Tribunal des mesures de contrainte (TMC) a accepté de le mettre en liberté provisoire sous caution de
200 000 francs. Toute une série de mesures ont été proposées par ses avocats pour pallier notamment le risque de fuite. Un agent de sécurité doit être placé à la porte de sa chambre à la clinique privée où il devrait être assigné à résidence ces prochains jours.

Contacté Me Barillon réagit à ce nouveau rebondissement: «Nous nous interrogerons en temps opportun sur l'origine de la révélation publique de cet incident au moment même où nous sommes affairés à régler les dernières modalités pratiques du transfert de notre client de l'Unité cellulaire des HUG dans un établissement propre à lui assurer les soins que son état exige.»

(TDG)

(Créé: 17.02.2016, 14h49)

Articles en relation

Libération provisoire pour Dominique Warluzel

Coup de feu à la Réserve Le Tribunal des mesures de contrainte a libéré l'ex-ténor du barreau genevois contre une caution de 200 000 francs. Plus...

Affaire Warluzel: Me Marc Bonnant quitte la défense

Coup de feu à La Réserve Mes Marc Bonnant et Nicholas Antenen renoncent à défendre leur célèbre confrère pour une question de conflit d'intérêts. Plus...

L’aide-soignante choisit une avocate pugnace

Affaire Warluzel Le coup de feu aurait été tiré au cours d’un échange verbal «un peu corsé» entre la plaignante et l’avocat. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le National pour une retraite à 67 ans
Plus...