Genève coule «L'Arche de Noé» de Benjamin Britten

LaïcitéLa Direction de l'enseignement obligatoire a considéré que le fait que des enfants doivent participer activement à l’œuvre violait la Constitution.

Arie van Beek, directeur de l'Orchestre de Chambre de Genève, à l'origine de la proposition. Image: Pascal Frautschi (Archives)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le projet de faire chanter en français par des écoliers de 5 à 7 ans L'Arche de Noé de Benjamin Britten a coulé corps et âme, parce qu'une note interne et donc secrète de la Direction de l’enseignement obligatoire (DGO) de Genève a considéré que cette participation violerait le principe de laïcité ancré dans la nouvelle Constitution genevoise.

C'est le directeur de l’Orchestre de Chambre de Genève (OCG), Arie van Beek, qui avait proposé cette œuvre. Il l'a interprétée au début de cette année dans trois écoles en France avec l'Orchestre de Picardie sans que les gardiens de l'ordre laïque de la France ne froncent les sourcils.

A lire: François Dermange: «Une décision aberrante»

Andrew Ferguson, secrétaire général de l'OCG, est allé voir le spectacle à Compiègne. Il s'est dit que le feu vert des autorités scolaires françaises allait convaincre la République genevoise que l’œuvre pouvait être jouée au bout du lac. Pas du tout. Présenté en septembre 2014, le projet a été retoqué en février dernier pour atteinte à la laïcité. Le journal 20 minutes, qui donne la nouvelle ce mardi de Pentecôte, cite quelques extraits de l'avis de droit. L’article 15 de la Constitution fédérale interdit de contraindre quelqu’un à «accomplir un acte religieux». Le péché est en l'occurrence aggravé du fait du «très jeune âge des participants [qui] ne leur permet pas de se déterminer en matière de croyance».

«On peut écouter mais pas prier»

Teresa Skibinska, secrétaire générale adjointe au Département de l'instruction publique, insiste sur un point de la note de droit: «Ce qui a posé problème, c'est la participation active des enfants, le fait que, dans le cadre de l'école, ils devaient apprendre un texte pour prononcer ce qui s'apparente à une prière. La décision aurait été différente s'il s'était agi d'une écoute passive de l’œuvre.» Dans ce cas, aucune restriction, affirme la responsable de la communication. La note s'appuie sur des arrêts du Tribunal fédéral. Le DIP a refusé de la rendre publique.

L'OCG, qui dépend largement des subventions du DIP, ne veut pas faire de vagues. Il ne fera donc pas recours contre la décision.« Ce n'est pas la première fois qu'on nous met en garde contre des thèmes qui pourraient heurter la sensibilité des élèves et de leurs parents.»

«Ah comme on aime» avec l'Ondine et le choeur de Seynod

Le spectacle pédagogique de février 2016 comportera des extraits de Bastien & Bastienne de Mozart et Ah comme on aime. La pièce de Van Beurden est une réactualisation, au goût du jour, du livret de Bastien & Bastienne. L’œuvre est composée pour orchestre de chambre (l'OCG), orchestre d’harmonie de jeunes (L’Ondine Genevoise) et chœur d’enfants (chœur d’enfants du CRC de Seynod). Les solistes seront des étudiants des classes vocales de la HEM de Genève.

Musique en bouche

Andrew Ferguson profite de cette actualité pour signaler le prochain concert de Musique en bouche. «Ce mercredi au Pavillon Sicli (45, route des Acacias): 12h15 avec sandwich, boisson, fruit offerts, 18h avec l’apéro offert. Quarante minutes de musique, debout, assis, dans l’orchestre, autour de l’orchestre…»

(TDG)

Créé: 26.05.2015, 10h06

La question urgente de Jean Romain

«C'est une grande bêtise.» Le romancier et enseignant Jean Romain ne mâche pas ses mots. Le député PLR se dit consterné par la décision du DIP. Il va interpeller le Conseil d'Etat via une question écrite urgente qui sera traité le 25 ou 26 juin. «Va-t-on interdire la lecture de Notre Dame de Paris, la visite de Saint-Pierre?», interoge Jean Romain qui dénonce une «prévention anticipative inadmissible» de l'Etat. «Elle donne une image trompeuse de la laïcité. La laïcité c'est la discrétion de l'affirmation de sa foi, ce n'est pas le tri des grandes oeuvres d'art.» (JFM) (Image: Guiraud (Archives))

Articles en relation

Pour ou contre la prohibition de la burqa?

Débat en ligne Une commission du Conseil national a adopté un texte exigeant l'interdiction de se dissimuler le visage sur la voie publique, similaire à la loi antiburqa votée au Tessin en 2013. Par ailleurs, le Conseil d’Etat genevois a annoncé qu’il débattra de la question dans le cadre de son projet de loi sur la laïcité. Plus...

Caroline Fourest: «Nous devons mener le combat sur deux fronts»

Liberté d’expression Chantre d’une laïcité intransigeante, l’essayiste met en garde contre les amalgames. Elle est de passage à Genève Plus...

Un rapport définit la relation entre l'Etat et le religieux

Religions Burqa et impôt ecclésiastique font partie des thèmes abordés par un groupe de travail chargé de préciser le principe de laïcité de l'Etat. Il a rendu mardi ses recommandations. Plus...

L'Arche de Noé sabordée: «Une décision aberrante»

Laïcité François Dermange, professeur à la Faculté de théologie de Genève, défend une laïcité de la confrontation et non une laïcité d'abstention. Plus...

Jean-Noël Cuénod: Après «L’Arche de Noé», il faut interdire le «Cé qu’è lainô»!

La revue des blogs A lire aussi: Décaillet, Orsini, Duval, Faure, Cuttat, Fallot, Gavillet, Despraz, et beaucoup autres... Pourquoi pas vous? Plus...

L'Arche de Noé

Arie van Beek, directeur de l'orchestre de chambre de Genève, est également titulaire de l'orchestre de Picardie. Il a souhaité présenter en Picardie «L'Arche de Noé», opéra en un acte, que Benjamin Britten a composé en 1957. C'est une oeuvre participative, rarement présentée en France, lit-on dans le livret des trois représentations données en France récemment. L'Arche de Noé a été écrite pour être jouée par une distribution principalement composée d’amateurs (instrumentistes et chanteurs) avec la participation du public.

La création de L’Arche de Noé de Benjamin Britten a eu lieu en juin 1958, à l’occasion du Festival d’Aldeburgh. S’inspirer d’un sujet biblique connu de tous, le restituer à la manière populaire et imagée d’un mystère du Moyen Âge, tel était, après Le Petit Ramoneur (1949), le projet de ce second opéra pour enfants du grand compositeur britannique. (JFM)


Écouter L'Arche de Noé
(Maîtrise de Radio France accompagnée de musiciens professionnels et amateurs dirigée par Sofi Jeannin, à partir de la 48e minutes)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Fête de la musique
Plus...