Il va décoder l’ADN d’une centaine de bières

Des scientifiques veulent découvrir les gènes des petites mousses pour les catégoriser selon leur goût.

L’expert en biotechnologie estime qu’un projet sympathique permet aux scientifiques de faire parler de leur travail,

L’expert en biotechnologie estime qu’un projet sympathique permet aux scientifiques de faire parler de leur travail, Image: STELLA FALCOZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Gianpaolo Rando, post-doctorant à la Faculté des sciences de l’Université de Genève, veut décoder l’ADN de la bière avec une équipe de chercheurs. Il imagine réaliser un rapprochement entre différentes mousses pour en souligner les particularités gustatives. Les résultats seront ouverts à tous. Une application devrait même voir le jour, afin de guider le consommateur vers le breuvage le plus adapté à ses goûts. Cette recherche ne pourra aboutir que si le biotechnologiste parvient à financer son projet, d’un coût de 10 000 francs, d’ici à la fin du mois. Un défi en bonne voie d’être relevé. Etudier les propriétés de la bière n’était pas une évidence. Gianpaolo Rando et trois autres scientifiques désiraient se lancer dans un projet qui plairait au grand public et pouvant lui être présenté. «On terminait souvent nos discussions autour d’une pression, se rappelle le post-doctorant. C’est ainsi que l’on a réalisé l’intérêt d’une étude sur l’ADN de la bière». Le Milanais d’origine, spécialisé dans les études sur l’ADN et l’alimentation, remarque: «La culture de la bière était bien moins développée en Italie, lorsque j’y vivais. Là-bas, je commandais une pression, en précisant seulement si je la voulais petite ou grande. En Suisse, les bars possèdent parfois 200 sortes de mousses différentes!»

La promotion sur Facebook a alors débuté. Un ambassadeur de la branche a repéré et guidé le groupe de chercheurs. Fin mai, Gianpaolo Rando a lancé une campagne de financement participatif. Il a déjà récolté plus de 90% de la somme nécessaire à l’analyse de cent bières. Parallèlement, il a entamé une ébauche de recherche. «Mais le résultat, quoiqu’intéressant, n’est pas assez précis. Seul le séquençage, permettant de lire l’ADN, donnera la possibilité de distinguer chacune des boissons. La centaine de marques de bières analysée sera ainsi clairement catégorisée. Cette démarche ne peut pas être réalisée sans le financement du projet», ajoute le scientifique. Un véritable travail d’orfèvre, puisque la bière contient des informations génétiques du houblon, des céréales et des germes qui la composent. La validation des résultats, quant à elle, promet d’être des plus ludiques, puisqu’il s’agira de goûter la boisson. Dernière étape, la création d’une application faisant office de sommelier virtuel.

Cette recherche met en avant des producteurs locaux, notamment genevois. «On préfère se concentrer sur des productions artisanales. Quelques bières de référence seront aussi étudiées pour proposer une base à tous les palais», explique Gianpaolo Rando. Il ne s’agit pas de définir ce qui est bon ou non. Seulement de rassembler des mousses dont le goût se ressemble. Preuve du caractère social et sympathique de l’étude, le public a son mot à dire pour l’élection des bières à analyser: «Les contributeurs financiers soumettent leurs propositions», conclut le post-doctorant. (TDG)

Créé: 16.06.2015, 16h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les cent jours de Trump
Plus...