Claude Haegi rêve de ressusciter le train à crémaillère du Salève

Grand-GenèveL'ancien président du Conseil d'Etat veut interdire les voitures les week-ends sur la «montagne des Genevois»

Le Puy-de-Dôme est depuis le 26 mai 2012 à nouveau accessible par un train à crémaillère fabriqué en Suisse.

Le Puy-de-Dôme est depuis le 26 mai 2012 à nouveau accessible par un train à crémaillère fabriqué en Suisse. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Enfant, Claude Haegi gravissait le Salève en suivant la voie désaffectée du funiculaire, qui, du Pas-de-l’Echelle, tout près de Veyrier, a convoyé Genevois et touristes du début du XXe siècle jusqu’au Treize Arbres, à quelques centaines de mètres de la station du téléphérique actuel. Aujourd’hui, les carrières ont détruit la première partie de la ligne de ce qui fut le premier chemin de fer électrique de montagne du monde. L‘ancien président du Conseil d’Etat genevois, pionnier d'une collaboration régionale «qui s'étend bien au-delà du Grand-Genève», a été séduit par le projet d'une société fribourgeoise. Tracknet propose de reconstruire le train à crémaillère. Dans la foulée, Claude Haegi imagine d'interdire le trafic des voitures en fin de semaine et les jours fériés.

Toujours président de la Fondation européenne pour le développement durable (Fedre) et volontiers faiseur de roi dans les successions Muller et Maudet, Claude Haegi s'est toujours beaucoup investi pour la pérennisation du téléphérique et la protection du Salève. «La montagne des Genevois est victime de son succès», explique-t-il dans la dernière livraison du magazine L'Extension. «Si les varappeurs ont su apprivoiser les rochers sans atteintes notables à l'environnement, il n'en est pas de même des pique-niqueurs, qui oublient parfois de remporter avec eux tous leurs déchets.» Le Genevois peste surtout contre les deux et quatre roues motorisés qui empoisonnent le balcon du Mont-Blanc: «Et je ne vous parle pas des voitures qui investissent la montagne en toute saison particulièrement quand le brouillard met Genève sous cloche».

Le train du Puy-de-Dôme roule a nouveau

«L'idée de ressusciter le funiculaire du Salève, qui a fonctionné de 1892 à 1935, m'a été suggérée à la Foire d'Alger, il y a trois ans, raconte Claude Haegi. J'étais alors président de la Chambre de commerce Suisse Algérie. Un représentant de la société Tracknet m'a approché et nous avons discuté une heure et demi sur la possibilité de rétablir au Salève un train à crémaillère identique à celui qui gravit à nouveau, depuis un mois-et-demi, les flancs du Puy-de-Dôme.» Tracknet, spécialiste de la construction de voies à crémaillère, se dit prête à construire l'installation. La ligne suivrait l'ancien tronçon et circulerait jusqu'au sommet du Salève, à 1240 mètres d'altitude, près de la petite gorge, d'où s'élancent les parapentistes.

Robert Ducret dubitatif

Selon Tracknet, cité par Claude Haegi, il en coûterait 36 millions de francs pour un débit horaire de 600 voyageurs et 50 millions de francs pour doubler la capacité. A ce montant, il convient d'ajouter le prix des automotrices. Au Puy-de-Dôme, l'entreprise suisse Stalder a facturé 25 millions les quatre convois qui y circulent depuis le 26 mai dernier. A quoi il faudra encore additionner les charges de fonctionnement.

Robert Ducret, qui était ministre des Finances en 1983 quand le canton a versé 12 millions de francs pour relancer le téléphérique, à l'arrêt pour vétusté depuis 1976, ne peut s'empêcher de rappeler que la plupart des transports publics ne tournent que grâce à des subventions: «L'idée est séduisante, mais je ne crois pas qu'elle verra le jour». Un rapide calcul fixe le ticket entre 20 et 30 francs par voyageur, rien que pour couvrir l'investissement et pour autant que 100'000 personnes empruntent le train chaque année.

Le téléphérique a 80 ans

Claude Haegi est convaincu. Il imagine déjà un partenariat public-privé et un GLTC, un Groupement local de coopération transfrontalière comme ceux qui gèrent le téléphérique, les bus transfrontaliers ou le projet Grand-Genève: «Non le funiculaire ne fera pas concurrence au téléphérique, affirme-t-il. Le Salève est notre cour de récréation. Il gagnera en attractivité. Ce sera un véritable plus pour le tourisme régional et le développement durable.»

Dans le cadre du 80e anniversaire de la conception du téléphérique par l'architecte Braillard, La FEDRE a financé l'édition d'un ouvrage commémoratif. Rédigé par Christian Vellas, ancien journaliste à la Tribune de Genève et auteur de nombreux livres sur la région, «Le Salève autrement» a été présenté récemment. Claude Haegi en a profité pour inviter un représentant de la société Tracknet. (TDG)

Créé: 11.07.2012, 14h55

Dossiers

Articles en relation

Le téléphérique bat des records pour ses 80?ans

Salève L’installation du Salève est devenue l’un des symboles de la coopération transfrontalière. Plus...

Le loup repéré sur la montagne des Genevois

SALÈVE Le prédateur a été photographié fin mars à de multiples reprises par des caméras automatiques de l'Ecole d'ingénieurs de Genève. Plus...

Les Genevois à 200 mètres du sommet de l’Everest. C’était il y a soixante ans

Souvenir Le jeune Raymond Lambert disait à ses parents qu’il se rendait aux bains des Pâquis, alors qu’il allait varapper au Salève. Au retour, il plongeait son maillot de bains dans la fontaine du Molard. Plus...

Claude Haegi: «Le Salève est notre cour de récréation. IL gagnera en attractivité. Ce sera un véritable plus pour le tourisme régional et le développement durable.»

En rouge la ligne du funiculaire suit largement l'ancienne voie construite par l'ingénieur genevois Thury en 1890. En bleu, Le téléphérique conçu en 1932 par l'architecte Braillard. (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

L'exemple du Puy-de-Dome

Comme au Salève, le Puy-de-Dome a connu son heure de gloire ferroviaire. Un train à vapeur grimpait au sommet du volcan endormi de 1906 à 1926. Puis le bitume déclassa le chemin de fer et le Puy-de-Dôme se transforma en parking: 40'000 voitures 4700 cars de touristes par année. En 2008, Clermont-Ferrand vote la réalisation d'un chemin de fer à crémaillère. Les quatre automotrices ont été fournies par la société suisse Stadler-Rail. Elles sont une extrapolation de celles en service à Montserrat (Espagne). La ligne de 4 km qui franchit une dénivellation de 600 mètres a été inaugurée le 26 mai dernier. La route ne sert plus qu'en cas d'urgence. (JFM)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Fête de la musique
Plus...