Le CIPRET-Genève réagit après le dépôt de plainte de Publicité Suisse

PolémiqueLe Centre d’information pour la prévention du tabagisme (CIPRET) avait détourné des slogans publicitaires.

Deux affiches de la campagne anti-tabac menée par le CIPRET.

Deux affiches de la campagne anti-tabac menée par le CIPRET.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’association Publicité Suisse, qui regroupe les acteurs de la branche publicitaire en Suisse romande a dénoncé mardi dernier les slogans «calomniateurs, mensongers et diffamatoires» de la campagne anti-tabac menée par le Centre d’information pour la prévention du tabagisme (CIPRET).

A l’occasion de la Journée mondiale antitabac du 31 mai, le CIPRET Genève avait détourné des slogans et affirmé : «La publicité tue», «La publicité rend impuissant» ou «La publicité provoque le cancer». Y voyant «une atteinte à un secteur économique», Publicité Suisse avait réagit en portant plainte auprès de la Commission suisse pour la loyauté en publicité. Elle était aussi intervenue auprès de l’Association des communes genevoises qui a autorisé ces affiches sur le domaine public.

«Une relation de cause à effet»

Concernant ces plaintes, Jean-Paul Humair, le médecin directeur du CIPRET, explique «ne pas être particulièrement inquiet car nous sommes certains que notre cause est juste, que cette campagne a tout à fait son sens et qu’elle est conforme au mandat de notre association. Tout d’abord, nos affiches ne sont pas calomniatrices puisque nous affirmons que c’est la publicité pour le tabac, sous toutes ses formes, qui tue ou rend impuissant mais pas la publicité en général. Nos affiches ne sont pas non plus mensongères, elles sont très explicites sur le sujet pour qui sait lire le français. Nous appliquons un principe de logique élémentaire d’une relation de cause à effet: la publicité pour le tabac favorise la consommation de tabac, laquelle cause la mort de 50% des fumeurs, donc nous pouvons affirmer que, indirectement, la publicité pour le tabac tue.» Par ailleurs, rappelle le directeur «notre association a le mandat de l’Etat de Genève pour faire la prévention du tabagisme dans le canton. Notre contrat stipule que chaque année, le CIPRET doit faire une campagne médiatique qui reprend le thème de l’OMS. Or en 2013 le thème de l’OMS est l’interdiction de la publicité, de la promotion et du parrainage pour le tabac. Nous sommes donc dans l’exacte ligne de notre mission de prévention. Je trouve assez paradoxal que Publicité Suisse invoque dans ses plaintes le droit à la liberté d’expression alors que cette association veut supprimer la nôtre, qui a un objectif de santé publique.»

«On ne peut pas faire n’importe quoi»

Pour François Besençon, président de Publicité Suisse, «au nom d’une cause quelle qu’elle soit, on ne peut pas faire n’importe quoi. En l’espèce, nous estimons que la ligne jaune a été franchie.» Et d’ajouter : «On se bat pour un principe qui est assez simple, du moment que les produits sont en vente libre et légaux, ce n’est pas à la publicité de faire les frais d’une campagne quelconque. L’enjeu est au-delà de la problématique du tabac, c’est une entrave au principe fondamental de la liberté d’expression, c’est aux gens de se responsabiliser quant à leur santé. Sur la question de savoir si la publicité créé des fumeurs, il y a des avis très partagés là-dessus.» Mais n’est-il pas contradictoire de vouloir interdire une campagne tout en prônant la liberté d’expression ? «Nous nous battons logiquement pour une liberté en matière de publicité, mais c’est un exercice qui doit être responsable, rétorque François Besençon. C’est pour cela que nous avons porté plainte à la Commission suisse pour la loyauté en publicité afin qu’elle donne un cadre, à l’avenir, de ce qui peut être fait ou pas.» (TDG)

Créé: 05.06.2013, 15h57

Articles en relation

Publicité Suisse dépose plainte contre le CIPRET-Genève

Polémique «La publicité tue» ou «la publicité provoque le cancer», le détournement de slogans publicitaires par les antitabacs déplaît. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.