Les cafés sexos viennent de perdre leur animatrice, la doctoresse Juliette Buffat

HommageFemme hyperactive à l’intelligence pétillante, elle vient de mourir d’un cancer à l’âge de 57 ans.

Juliette Buffat: une femme à l’intelligence pétillante.

Juliette Buffat: une femme à l’intelligence pétillante. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un nom connu, précédé d’un beau prénom qui lui donnait de l’énergie: Juliette Buffat. Avec elle, experte de la sexualité libre, tous les verbes se conjuguaient au présent décomplexé. Un cancer fulgurant, diagnostiqué au seuil de l’automne, oblige à saluer au passé le rayonnement de cette femme à l’intelligence pétillante, décédée le 7 janvier.

Cette année qui commence devait être la sienne: ses fameux cafés sexologiques, animés avec sa consœur, la psychologue Marie-Hélène Stauffacher, suscitaient un intérêt accru chez les professionnels de la santé publique, de Genève à Paris. C’est que la doctoresse Buffat était une hyperactive, passionnée par son métier de sexologue. Elle l’exerçait entre quatre murs, dans son cabinet onésien au décor choisi, toiles et statuaire suggestives, en accord avec sa pratique thérapeutique.

Elle le faisait rayonner à l’extérieur, s’échappant plus souvent qu’à son tour de son lieu de consultation pour parler de la bagatelle à visage découvert, dans l’idée, toujours préventive, de mieux vivre sa sexualité au quotidien. Elle répétait volontiers que les questions débattues à plusieurs - relationnelles, jamais académiques -, abordées de façon directe entre hommes et femmes de tous les âges, visaient à éviter aux gens de devoir consulter.

Chaque mois, à Cité Seniors, elle avait ses fans, ses auditeurs fidèles et impliqués, une bonne cinquantaine en moyenne. Appréciée dans tous les milieux, courtisée par les médias, l’experte jamais barbante s’imposait à chaque fois par son sens inné de la vulgarisation. A 57 ans, elle avait déjà mené plusieurs vies et carrières. Elle fut, entre 1997 et 2001, députée libérale au Grand Conseil.

Une parenthèse politique assez vite refermée: «Elle préférait le tonique à l’administratif et ses meilleures amies étaient toutes de gauche», se souvient l’une d’elles. Elle fut également, à ses heures jamais perdues, pasteure laïque de l’Eglise protestante. Le 11 décembre, elle donnait le culte au Grand-Lancy. L’avant-veille, elle animait encore une soirée à Cité Seniors autour du thème: «Aimer et vieillir, est-ce compatible?»

Avec Juliette Buffat, la réponse positive ne faisait pas de doute. «C’était une personnalité incroyablement dynamique, une femme hors normes dans tous les sens du terme, déclare, émue, Marie-Hélène Stauffacher. Nous nous connaissions depuis l’âge de 17 ans. Ne plus la voir, ne plus l’entendre, cela va mettre un sacré vide dans nos vies.»

Resteront les chroniques publiées régulièrement dans la presse écrite - les archives de la Tribune de Genève en sont riches -, les magazines et les revues spécialisées. Resteront les deux ouvrages récents parus coup sur coup aux Editions Favre. On y parle forcément de pratiques sexuelles au pluriel; on y retrouve Juliette Buffat en préfacière généreuse, annonçant entre les lignes un récit autobiographique à venir.

D’autres se chargeront peut-être de l’écrire à sa place. Le 14 février prochain, date programmée du prochain café sexo à la rue Amat, angle rue de Lausanne, il y aura beaucoup d’amoureux tristes pour évoquer ensemble son souvenir, en jetant un regard orphelin sur le seuil de la porte qu’elle franchissait toujours la dernière, arrivant à l’arraché, essoufflée et immédiatement disponible. (TDG)

Créé: 10.01.2017, 19h18

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Fête de la musique
Plus...