«Les bornes, c’est le dernier coup dur à notre commerce»

Aménagement En Vieille-Ville, les arcades se vident. La faute au manque d’accessibilité, mais aussi à la cherté des loyers et à la concurrence du Net.

Depuis vingt-cinq ans, Monique et Guido Bargoni tiennent boutique au 15 et au 17 de la Grand-Rue.

Depuis vingt-cinq ans, Monique et Guido Bargoni tiennent boutique au 15 et au 17 de la Grand-Rue. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Arcade à louer», annonce une pancarte au 14. Portes barricadées au 18, spots éclairant la vitrine de la boutique Faubourg 16 figée en l’état depuis des mois ou encore intérieur désespérément vide au numéro 6. La Grand-Rue fait peine à voir. A ses pieds, la rue de la Cité connaît aussi son lot d’adresses désertées, telle l’ancienne Marquise de Sade, au 31, dont la vitrine est brisée.

Un spectacle qui désole Guido Bargoni, commerçant. «Je la trouve sinistrée, la Grand-Rue. Quelle image déplorable pour les touristes!» lâche-t-il. Voilà vingt-cinq ans que sa femme, Monique, et lui tiennent boutique au 15 et au 17. A priori plus pour très longtemps. Sur la vitrine de leur magasin Living Tradition, spécialisé dans la décoration d’intérieur, le mot «déstockage» s’inscrit en lettres majuscules. Le couple envisage de quitter la Vieille-Ville pour rapatrier toute son activité dans son showroom des Acacias.

Pétition du père Glozu

«Il y a plusieurs raisons, poursuit Guido Bargoni. Mais il est certain que les bornes ont amplifié la situation.» Mises en service à la fin de l’été passé, quatre bornes escamotables empêchent les voitures d’accéder au centre-ville de 20 h à 7 h. Seulement voilà, pour l’heure (lire ci-contre), les bornes sont levées jour et nuit et ne s’abaissent entre 7 h et 20 h qu’à l’approche d’un véhicule. «Insuffisant!» clament les commerçants. «Des clients m’ont appelé pour se plaindre qu’ils ne pouvaient plus monter en Vieille-Ville, insiste Guido Bargoni. Ils ne savent pas que les bornes se rétractent quand on avance. C’est très mal expliqué.»

Le couple de décorateurs d’intérieur a donc signé la pétition lancée par Jean-Yves Glauser, alias le père Glozu. Ce dernier déplore l’impact des bornes sur la fréquentation de son restaurant: «Nous avions beaucoup de clients qui déposaient tout le monde en voiture devant le restaurant avant d’aller parquer plus loin.»

Une baisse de la fréquentation qu’a aussi constatée Guido Bargoni. «Ces bornes, c’est le dernier coup dur porté à notre commerce. En janvier 2015, avec le franc fort, nos marges ont diminué.» S’ajoutent la morosité ambiante ainsi que la concurrence de la vente en ligne. «On a compensé en apportant du conseil», précise le mari, tandis que, dans la pièce voisine, son épouse préconise «un tissu taupe» à un couple. Guido Bargoni poursuit: «Mais dans le même temps, les charges fixes, soit les salaires et le loyer, sont restées les mêmes ou ont augmenté.» Selon nos informations, le prix pour une arcade commerciale est d’environ 600 à 700 fr. le mètre carré annuel.

Manque d’animations

A deux pas de là, toujours dans la Grand-Rue, derrière la caisse du concept store Correspondances, Nicolas ne croit pas à «l’effet bornes». Il estime que «peu de gens viennent en Vieille-Ville en voiture». En revanche, il confirme avoir constaté une baisse de fréquentation depuis son installation au numéro 5, il y a quatre ans. «Il y a une conjonction de facteurs: le climat général, la baisse d’attractivité de Genève, réputée ville chère.»

A cela s’ajoutent le faible éclairage de la Grand-Rue ainsi que le manque d’animations en Vieille-Ville, estime pour sa part Golnar Behbahani, à la tête de la boutique de bijoux et accessoires Isatis. «La Vieille-Ville n’est déjà pas très animée, alors si, en plus, on enlève le trafic!»


Pagani fustige les loyers

La plainte des commerçants a été partiellement entendue par la majorité du Conseil municipal. Rémy Pagani, conseiller administratif en charge de l’Aménagement, l’assure: «Les bornes seront abaissées durant la matinée de 7 h à 11 h 30 dès la semaine prochaine.» Tel était en effet l’un des reproches adressés au magistrat d’EàG par le MCG, le PLR et l’UDC lors du dernier Conseil municipal. Réagissant à la fronde antibornes, Rémy Pagani rappelle qu’il a été «sommé de mettre en place ces bornes suite aux plaintes des habitants». Ces derniers soulignant les entorses régulières aux plans de circulation de la Vieille-Ville.

Classées en zone de rencontre, certaines rues sont en effet «ouvertes au trafic individuel motorisé avec priorité piétonne» durant la journée et autorisées uniquement aux ayants droit de 20 h à 7 h. «On applique un statut vieux de 25 ans!» poursuit le magistrat. Le crédit de 681 000 francs nécessaire à l’installation des bornes avait d’ailleurs été voté par le Délibératif en mai 2014, par 50 oui contre 11 non. Les réfractaires de l’époque se trouvant dans les rangs du MCG et de l’UDC.

Quant à l’effet des bornes sur la santé des commerces, Rémy Pagani est sceptique. «Je trouve gravissime que les gens s’en aillent. Dans ce secteur, il n’y a plus aucun petit magasin d’alimentation, plus de boucherie, plus de kiosque à journaux. Mais les départs n’ont pas commencé il y a six mois! Vous leur avez demandé le prix des loyers?» Rappelant que la Ville possède 386 arcades commerciales, dont 33 dans le centre historique, il précise: «Nous, nous exerçons des prix bas: de 200 à 250 francs le mètre carré par an.»

Autre arme contre la désertification de l’hypercentre: la modification du règlement relatif aux plans d’utilisation du sol. En 2011, Rémy Pagani a fait adopter un article pour empêcher de changer l’affectation d’un restaurant, d’un magasin d’alimentation ou d’un cinéma. «J’avais aussi proposé de maintenir la diversité des commerces dans le centre-ville, mais la mesure a été refusée par le Conseil d’Etat», rappelle le magistrat. Il conclut: «Je me suis toujours battu pour maintenir les conditions-cadres afin d’assurer le service au public.» M.P. (TDG)

Créé: 15.02.2017, 17h57

Articles en relation

L’école des Allières en alerte suite à un cas suspect

Prévention Un courrier de l’Instruction publique rappelant les règles de sécurité a été envoyé aux familles. Le conseil municipal de la Ville de Genève s'est emparé du sujet. Plus...

Des bornes disciplineront le trafic en Vieille-Ville

Aménagement Le Municipal a  accepté d’installer un système visant à  faire respecter l’interdiction nocturne de circuler. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les cent jours de Trump
Plus...