La traversée de la rade pourrait survivre à «Sauvons nos parcs»

Votation communaleMalgré l’initiative acceptée en Ville de Genève dimanche, l'ouvrage voulu par une initiative de l’UDC ne semble pas être mis hors jeu.

Le parc Barton

Le parc Barton Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est la conseillère d’Etat Michèle Künzler qui a levé le lièvre dimanche. En acceptant l’initiative «Sauvons nos parcs au bord du lac!», les citoyens de la Ville de Genève ont peut-être, par ricochet, joué un bien mauvais tour au projet de traversée de la rade que propose une initiative de l’UDC.

Car il faudra bien que l’ouvrage en tunnel – si les Genevois disent oui en 2014 – s’accroche quelque part sur les rives. Or, sur la Rive droite, le projet déboucherait à l’avenue de France, à la hauteur du parc Mon Repos. En revanche, sur la Rive gauche, la traversée arriverait au Port-Noir, en terres colognotes.

Le droit supérieur prime

Selon Christian Grobet, père de l’initiative «Sauvons nos parcs», «un simple règlement communal ne peut être opposé à une loi cantonale», explique le député d’Ensemble à Gauche. En clair, le droit supérieur prime. «Ensuite, l’avenue de France n’est pas comprise dans le périmètre protégé, poursuit-il. Si le tunnel part de là, le règlement ne change rien.» Et si, par hypothèse, la trémie empiétait sur le domaine communal, l’Etat pourrait exproprier, ajoute le député.

Sur le plan politique, il y a gros à parier que la Ville saura utiliser le signal donné dimanche pour s’opposer à l’initiative de l’UDC. Cette dernière est actuellement étudiée par la Commission des transports du Grand Conseil. Selon le calendrier, le Parlement devrait se prononcer au plus tard le 11 mars 2014. Pour l’heure, une majorité des députés est défavorable à l’initiative. Le PLR et le PDC lui préfèrent nettement le projet de traversée du lac, qui se situerait plus au large et offrirait un véritable contournement de la Ville.

Du côté de l’UDC, on prend avec philosophie la nouvelle de la victoire de «Sauvons nos parcs». La députée de l’UDC Christina Meissner pense ainsi qu’il est temps de mettre les choses à plat et d’entamer une réflexion. «Avant de connaître le résultat de la votation de dimanche, explique-t-elle, j’avais déposé une motion qui invitait le Conseil d’Etat à étudier un projet combiné de traversée de la rade, de port et de plage. Car la plage se trouve sur le tracé de notre traversée. Depuis dimanche, il faut ajouter l’examen de l’incidence que peut avoir l’initiative acceptée en Ville sur ces deux projets.»

Développements dans nos éditions payantes de ce mardi (TDG)

(Créé: 26.11.2013, 09h04)

Articles en relation

La Ville de Genève durcit la protection de la rade

Votations du 24 novembre L'initiative de l'extrême gauche «Sauvons nos parcs» passe la rampe en Ville. Sur le plan fédéral, le Canton vote comme la Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Guignols de l'info menacés de disparaître.
Plus...