L’aménagement de la rade suscite une avalanche d’idées

ConcoursSeptante bureaux d’architectes ont soumis leur projet au concours organisé par la Ville. Résultat au début de mai.

Les candidats avaient jusqu’à vendredi passé pour déposer leur dossier.

Les candidats avaient jusqu’à vendredi passé pour déposer leur dossier. Image: Laurent Giraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La rade inspire. On l’a vu au XXe siècle, quand l’homo automobilis a échafaudé toutes sortes de projets pour la traverser. Passé le IIIe millénaire, cet espace cher aux Genevois agite toujours les esprits. Mais cette fois, c’est pour le rendre plus convivial. La preuve? Le concours d’idées lancé par la Ville cet automne pour son réaménagement.

Les candidats avaient jusqu’à vendredi passé pour déposer leur dossier. «Septante bureaux d’architectes ont décidé de participer, se réjouit le conseiller administratif Guillaume Barazzone, à l’origine de l’organisation du concours pour son année de Mairie. Je suis très content de ce fort engouement. Nous avons par ailleurs reçu plusieurs dossiers de bureaux étrangers.»

Le magistrat n’en dira pas plus. «Car je ne sais rien de plus. Je ne suis pas membre du jury, qui, comme c’est la règle, garde secrète la teneur des projets durant toute la phase d’examen.»

Exposition en mai

Le jury, présidé par l’architecte genevois Patrick Devanthéry, se réunira plusieurs jours à la fin du mois de mars. Les résultats seront rendus publics le 8 mai.

Tous les projets seront présentés à la population. Une exposition aura lieu à la salle du Faubourg, et peut-être aussi sur le pourtour de la rade. «Je souhaite que les Genevois puissent s’approprier la démarche et donner leur avis. Il est important que ce réaménagement suscite une discussion générale.»

La formule choisie pour ce concours est particulière. Il ne s’agit pas de sélectionner un projet parmi d’autres, mais de faire émerger des idées d’aménagement. Cela signifie que la Ville n’aura pas l’obligation de réaliser le projet lauréat (des prix en espèces seront distribués). «Nous pourrons nous inspirer de toutes les idées qui nous auront été soumises, explique le maire. Elles seront analysées et il y aura un débat au Conseil municipal.»

Plage des Eaux-Vives

Quand? Cela reste à définir. Le maire n’a pas fixé de calendrier précis et veut garder une certaine «flexibilité» dans la suite du processus. «De toute manière, c’est un travail de longue haleine.»

Des balises fixent toutefois l’avenir. La future plage des Eaux-Vives sera inaugurée en 2019, ainsi que le port qui lui est accolé. Ce dernier permettra de transférer les bateaux amarrés aux Eaux-Vives et de libérer les quais occupés par les dériveurs. Le chantier naval devrait aussi quitter les Eaux-Vives pour le Vengeron à une date encore indéterminée.

Autant de transferts qui offriront de nouveaux espaces. En février, des historiens ont fait part de leurs craintes vis-à-vis des atteintes possibles au patrimoine et aux usages habituels de la rade. «Ces associations, comme tous les Genevois, pourront s’exprimer à l’issue du concours. Ce dernier tient compte des aspects patrimoniaux. Mais il me semble que la rade ne répond plus aux besoins de la population et qu’elle dispose d’un fort potentiel d’amélioration.» (TDG)

Créé: 13.03.2017, 19h00

La rade en chiffres

-Les rives de la rade représentent une bande de terre longue de 4 km, du Port-Noir au bout de la Perle du Lac.
-La rive gauche s’étire sur 1,9 km (du Port-Noir au pont du Mont-Blanc).
-La rive droite s’étire aussi sur 1,9 km (pont du Mont-Blanc-Perle du Lac).
-Le plan d’eau s’étale sur 1,7 km2.
-La jetée des Pâquis mesure 350 mètres de long, celle du Jet d’eau 270 mètres.
-Entre ces deux jetées, l’eau s’écoule dans un chenal large de 223 mètres.
-La rade est large de 540 mètres entre la rotonde du Mont-Blanc et le quai Gustave-Ador.
-La rade est peu profonde: entre 3 et 5 mètres, à l’exception d’un trou de 12 mètres au pied du Jet d’eau.
-On dénombre 1600 places d’amarrage à l’eau et à terre (dériveurs) réparties aux Eaux-Vives, aux Pâquis et au quai Wilson.
-Le lac est propriété du Canton, ses rives appartiennent à la Ville de Genève. C’est à chaque fois du domaine public.

Le site du concours d'idées: larade.ch
C.B.

Articles en relation

Un métro sous-lacustre et des oasis pour revaloriser la rade

Aménagement Des universitaires ont planché sur le réaménagement de la rade. Avec un brin d’utopie, pour lancer le débat. Plus...

Aux siècles passés, Genève a rêvé d’une autre rade

Aménagement Une gare à Rive, un Jardin anglais géant et des rails sur l’île Rousseau: zoom sur les projets d’aménagement de la rade passés à l’as. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.