La Une | Samedi 20 septembre 2014 | Dernière mise à jour 15:27
Malaise

Un imam suspendu à la mosquée de Genève

Par Julien de Weck. Mis à jour le 24.02.2012

Une vingtaine de fidèles a manifesté devant l'ambassade d'Arabie saoudite. En cause, les pratiques du nouvel imam, qui vient d'être suspendu.

Le consulat d'Arabie saoudite ce vendredi 24 février 2012.

Le consulat d'Arabie saoudite ce vendredi 24 février 2012.
Image: Laurent Guiraud/Tribune de Genève

Des fidèles de la mosquée de Genève ont manifesté leur mécontentement au consulat d’Arabie saoudite, ce vendredi après-midi à Chambésy. Motif de leur courroux: un imam «imposé par Riyad» est accusé d’avoir frappé un fidèle et tenu des propos outranciers. Ils réclament en outre le retour de l'ancien imam libyen Rachid Farhat, dont le contrat a été dénoncé.

Ces Genevois musulmans ont constitué une association, «Al Bayane» afin de se faire entendre. Par l’entremise de son porte-parole, Hamza El Idrissi, ils déplorent un climat délétère au sein de la mosquée de Genève. Cet après-midi, le consul d’Arabie saoudite, Nabil Ben Mohamed Al-Saleh, leur a annoncé «la suspension de l'imam, afin d’établir la lumière sur les accusations portées.» Le diplomate est en revanche plus mesuré sur le retour de Rachid Farhat. «Il a été absent six mois. Nous lui avons laissé une chance de revenir qu'il n'a pas saisie.» L'imam a depuis intenté une procédure pour licenciement abusif. Dans une volonté d'apaisement, Nabil Ben Mohamed Al-Saleh a proposé de rencontrer les manifestants dans deux semaines, afin qu'ils lui présentent leurs doléances.

Parmi les fidèles présents, nombreux pestent contre «la mainmise de l’Arabie saoudite» sur la vie religieuse. Ce pays, qui finance le lieu de culte à travers la Fondation culturelle islamique, «fait la loi alors que la mosquée doit appartenir à la communauté et à personne d’autres, clame cette Genevoise d’origine marocaine. Nous venons ici pour prier, pas pour y faire de la politique.» Cible des critiques, la gestion administrative de la mosquée, jugée «opaque». «La direction est imposée par l’Arabie saoudite et le directeur de la mosquée n’est jamais présent», renchérit Hamza El Idrissi. Enfin, des voix s’élèvent contre la récente nomination d’un jeune imam salafiste, recruté en France voisine. (TDG)

Créé: 24.02.2012, 16h12

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11

L'actualité croquée par Herrmann

Genève au fil du temps