Plongeon en wingsuit dans un monde virtuel

GenèveA l’occasion de la 7e édition du Crea Digital Day, les Genevois étaient invités à se lancer dans le vide sans risque de se crasher.

Derrière la star mondiale du wingsuit Jokke Sommer, un jeune homme peu à l’aise tente de maîtriser sa chute virtuelle.

Derrière la star mondiale du wingsuit Jokke Sommer, un jeune homme peu à l’aise tente de maîtriser sa chute virtuelle. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des deux minutes passées à plat ventre, il reste une légère sensation de nausée. Et l’impression d’avoir vécu une expérience originale aussi. La chute idéale, le fantasme d’un amateur de wingsuit – discipline du parachutisme dans laquelle le sportif se dirige à l’aide d’une combinaison aux ailes souples.

Ce jeudi dans les sous-sols de la Fédération romande des entreprises, à la rue de Saint-Jean, la société Emakina présentait aux participants de la 7e édition du Crea Digital Day une de ses créations. Une borne d’arcade à vocation ludique proposant un plongeon en wingsuit dans un univers fictif.

De l’adrénaline au moment de quitter l’hélicoptère jusqu’à l’arrivée en ville au milieu des gratte-ciel, en passant par la descente vertigineuse vers des cimes enneigées, toutes les sensations et les décors y passent. Sauf la crainte de l’accident, bien sûr.

Casque de réalité virtuelle sur les yeux, les entrepreneurs, étudiants et autres professeurs réunis pour discuter stratégie de communication digitale, ne se font pas prier pour essayer l’attraction. Les journalistes aussi d’ailleurs. Fixés par un harnais à une table en forme de cerf-volant, les participants sont amenés à se mouvoir dans les airs virtuels, guidés par des anneaux volants dans lesquels il faut essayer de se glisser. Pour aller à gauche, il faut tirer sur son aile droite. Pour aller à droite, il faut tirer sur son aile gauche. «Comme un oiseau», précise Cédric Artiges, de la société Emakina.

Un homme en costume couine. Il agite les jambes et percute un immeuble. Il pourra néanmoins poursuivre son vol. La plupart des autres restent stoïques, concentrés. Sous la table, une mécanique répond aux mouvements des as de la voltige. On a presque l’impression qu’on pourrait le faire en vrai. Mais sans air dans le visage, on se rappelle vite qu’on n’a pas quitté la salle. Dommage…

Le public fait soudain place. Il est 13 h et c’est au tour de Jokke Sommer de tester l’appareil. Bien? Sympa? Proches des sensations réelles? Les paroles de la star mondiale du wingsuit, invitée par l’école genevoise Crea pour parler de sa communication en ligne, sont attendues. Car dans l’assemblée, qui d’autre que lui s’est déjà véritablement lancé du haut d’une falaise? Il s’installe et tout en maîtrise, il slalome entre les différents buildings avant de se poser au cœur de Monaco. Verdict? «C’est un vieux rêve de l’homme que de vouloir voler. Mais comme c’est dangereux, les gens se contentent souvent de regarder mes vidéos ou de se lancer en jeux vidéo. Une belle expérience bien sûr. Elle ne vaudra jamais la réalité pour autant.» (TDG)

(Créé: 14.01.2016, 19h43)
Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le National pour une retraite à 67 ans
Plus...