La Une | Samedi 1 novembre 2014 | Dernière mise à jour 01:30
Santé

Pas de cas d’encéphalite à tique à Genève, mais le vampire des bois s’approche

Par Fabien Kuhn. Mis à jour le 15.03.2013

Dans la région de Zurich, les maladies transmises par les tiques sont endémiques. A l’ouest du pays moins, mais une progression vers la Romandie s’amorce.

1/4

   

Comment s'en protéger

- Porter des vêtements couvrants et fermés, si possible clairs

- Mettre un produit répulsif contre les insectes sur la peau.

- Eviter les herbes hautes, les buissons et les sous-bois

- Après la promenade, inspectez attentivement vos vêtements et votre corps.

Où ?

Les tiques vivent en plaine. Elles se rencontrent plus rarement au dessus de 1'500 mètres. On les attrape surtout dans lieux humides, sous-bois, chemins forestiers ou lisières. Elles se tapissent dans les hautes herbes et les buissons où elles attendent un hôte pour s’y agripper. En règle générale, on ne les trouve pas à plus de 1 m du sol. L’idée largement répandue que les tiques se laissent tomber des arbres est totalement fausse.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Si deux cas de méningo-encéphalite, une maladie transmise par les tiques, ont été diagnostiqués dans l’arc lémanique, ces deux dernières années, le canton de Genève en est pour l’instant préservé. Aucun cas n’a encore été détecté sur le canton. Pour autant, les vampires des bois s’intéressent de plus en plus à nos forêts, à nos lisières et nos champs. En 2005, le virus dont ils sont porteurs, n’était localisé que dans les cantons alémaniques, mais il a depuis gagné la Suisse romande. « On peut en effet parler d’une progression vers l’ouest », dit Philippe Sudre, médecin cantonal délégué aux maladies transmissibles.

Deux maladies graves

La tique est le vecteur de deux graves maladies : la borréliose de Lyme et la méningo-encéphalite à tiques. La première qui provient d’une bactérie se soigne aisément avec des antibiotiques, mais si son diagnostic est tardif, elle peut laisser des séquelles. Pour la deuxième qui est virale, il n'y a pas de traitement. Si ses premiers symptômes sont grippaux, la suite peut s’avérer plus compliquée. L’encéphalite a la fâcheuse tendance à s’attaquer au cerveau et peut même s’avérer fatale. La seule façon de s’en prémunir est de se faire vacciner.

Vaccin pas nécessaire

« La borréliose de Lyme est présente dans les tiques genevoises et a souvent été diagnostiquée dans le canton. Mais il n’y a pour l’instant pas d’encéphalite à tique. Il n’y a pas de cas autochtones, mais tout ou tard, cela pourrait tout à fait arriver », dit Philippe Sudre, qui ne recommande toutefois pas le vaccin aux Genevois. Sauf, bien sûr, si l’on se rend dans une région ou la maladie est endémique.

Le conseil du médecin cantonal ? « Toujours vérifier son corps, après avoir fait une balade dans les bois ou dans les champs. Et si on trouve une tique, il faut rapidement l’enlever » La consultation médicale n’est de mise que si une éruption apparaît autour de la piqûre.

A l’heure actuelle, il n’y a pas lieu de s’inquiéter, les tiques hibernent durant les périodes froides. Elles redeviennent actives lorsqu'au printemps, les journées sont plus longues et plus chaudes, en général à partir d'avril. (TDG)

Créé: 15.03.2013, 17h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

L'actualité croquée par Herrmann

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11