Pagani défend son règlement de police municipale

Ville de GenèveLe magistrat nie avoir «bâclé» la rédaction du projet de règlement de la police municipale.

«Il était urgent de définir des priorités pour la police municipale, surtout que le dossier végétait en commission depuis plus de deux ans», affirme le maire de Genève.

«Il était urgent de définir des priorités pour la police municipale, surtout que le dossier végétait en commission depuis plus de deux ans», affirme le maire de Genève. Image: Archives / Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Accusé d’avoir rendu un «travail bâclé», Rémy Pagani reste stoïque. Objet de discorde: l’élaboration d’un projet de règlement de police municipale, vivement critiqué par un avis de droit qu’a commandé son propre collègue, le conseiller administratif Guillaume Barazzone. Pour l’actuel maire de la Ville de Genève, il n’y a pas à polémiquer. «Ce règlement a été mis en forme par l’un des spécialistes les plus reconnus en la matière», avance Rémy Pagani, en nous renvoyant à son auteur.

Quant à savoir pourquoi il s’était empressé de le déposer, deux jours seulement avant l’entrée en fonction de Guillaume Barazzone, le magistrat est tranchant: «Il était urgent de définir des priorités pour la police municipale, surtout que le dossier végétait en commission depuis plus de deux ans. Ce règlement n’est que l’expression démocratique de ce que veut la population et de ce qu’attendent les citoyens.»

Contacté, l’auteur du règlement, l’avocat (et ancien conseiller d’État socialiste) Bernard Ziegler conteste les accusations juridiques, qu’il qualifie de saugrenues. «Le seul point qui méritait discussion était la date choisie pour la rédaction de ce règlement, alors que le Grand Conseil doit se prononcer sur la révision de la Loi sur les agents de police municipale. Mais cette question est éminemment politique! D’autre part, la Ville s’apprêtait à engager de nouveaux agents, l’Exécutif tenait à leur donner un cadre, une base réglementaire.» Et de conclure que si «Monsieur Barazzone souhaite modifier le règlement, il peut toujours le faire».

Rémy Pagani, lui, rappelle également que le Conseil administratif «dans son ensemble» a validé les priorités qui ont été mises en avant dans le règlement. Pour autant, l’élu d’Ensemble à Gauche reconnaît qu’il a agi un peu «à la hussarde». «Je savais que certains allaient me reprocher de brûler la politesse au nouveau magistrat. Mais sur le fond, je pense que la gauche doit se préoccuper des problèmes de sécurité et définir, mieux que d’autres, les priorités de la police municipale de proximité.» (TDG)

(Créé: 12.01.2013, 18h15)

Articles en relation

Barazzone: «Le travail sur la police municipale a été bâclé!»

Discorde à l’Exécutif de la Ville Un avis de droit demandé par Guillaume Barazzone torpille le projet de règlement de police municipale présenté par Rémy Pagani. Plus...

Guillaume Barazzone reçoit un drôle de «cadeau» pour ses débuts ce mercredi

VILLE DE GENEVE Le successeur de Pierre Maudet entrera en fonction mercredi. Il découvrira le nouveau règlement de la police municipale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fonction publique débraye
(Bild: Herrmann) Plus...