On sait mieux comment les fœtus deviennent des mâles ou des femelles

ScienceDes chercheurs de l’Université de Genève publient une découverte sur la détermination sexuelle.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le mystère de la naissance est un peu moins épais grâce à des chercheurs de l’Université de Genève. Ceux-ci viennent de publier dans la revue PLos Genetics une découverte sur la détermination sexuelle des embryons. En clair, on comprend mieux comment le fœtus devient un mâle ou une femelle. Cela permettra une meilleure prise en charge des cas d’ambiguïté sexuelle, problème qui touche environ un nouveau-né sur 3000.

On sait que chez les mammifères, le développement sexuel commence dès la conception, quand le spermatozoïde transmet à l’ovule un chromosome X ou Y qui va déterminer le sexe de l’embryon à venir. Ce que l’on comprenait moins bien jusque-là, c'est comment, au-delà de sept semaines de gestation, ce sexe génétique contrôle la formation d’ovaires ou de testicules, qui sont responsables de la sécrétion d’hormones nécessaires à la féminisation ou masculinisation du fœtus.

Les chercheurs genevois ont levé une partie du voile sur ce processus complexe, en identifiant le rôle capital joué par une famille d’hormones, les facteurs de croissance apparentés à l’insuline. Ceux-ci sont connus pour leur implication dans la régulation du métabolisme, de la croissance, et des capacités reproductives de l’individu. En observant des souris transgéniques, il est apparu que sans ces facteurs, les glandes sexuelles sont incapables de se développer en testicules ou en ovaires. L’embryon ne se différencie alors ni en mâle ni en femelle.

Une mutation à ce niveau peut causer, par exemple, l’hermaphrodisme (présence à la fois de testicules et d’ovaires dans un même individu). «Notre étude permet de mieux comprendre les raisons de l’ambiguïté sexuelle, qui restent méconnues dans plus de la moitié des cas, explique Serge Nef, professeur au Département de médecine génétique et développement de l’Université de Genève. De nouveaux tests génétiques pourront être élaborés afin d’améliorer le diagnostic et le suivi de personnes souffrant d’ambiguïté sexuelle.» (TDG)

(Créé: 03.01.2013, 19h20)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.