Nucléaire: la France distribue des pastilles d’iode. Et à Genève?

GenèveLa France va renouveler ses stocks de comprimés d’iode à distribuer en cas d’incident. Qu’en est-il du côté de Genève?

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au début de février, les services de l’Etat français s’apprêtent à renouveler les comprimés d’iode arrivant à leur date de péremption cette année. Le Canton de Genève est-il muni de ce genre de pastilles, sachant que la centrale nucléaire du Bugey, dans l’Ain, se trouve à environ 70 km de la frontière suisse? En cas d’incident nucléaire, l’ingestion de ces pilules d’iode permet de protéger la thyroïde contre les effets de l’iode radioactif pouvant entraîner le cancer. Le Plan particulier d’intervention (PPI) mis en place par la France prévoit la distribution de pastilles dans une aire de 10 km entourant une centrale nucléaire. En Suisse, cette aire a été fixée à 50 km. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) indique que ce choix dépend de raisons logistiques. Genève ne se trouve pas à l’intérieur de ce périmètre, mais un plan en cas de problème est néanmoins prévu. En effet, les experts mettent l’accent sur l’importance de certains facteurs, notamment le vent. S’il souffle ne serait-ce que de 20 à 30 km/h, il pourrait transporter cet iode radioactif à une distance située entre 120 et 180 km en seulement six heures. Genève pourrait alors se trouver directement touchée.

Emmanuelle Lo Verso, secrétaire générale adjointe chargée de la communication du Département de la sécurité et de l’économie (DSE), indique dans un communiqué que «chaque commune – ville de Genève comprise – possède un stock qui recouvre 150% de sa population». En cas d’alerte, «la protection civile sera alarmée et engagée des heures avant le passage du nuage radioactif. Il se peut qu’aucune distribution ne soit ordonnée selon l’ampleur de l’incident.» Les autorités peuvent, par exemple, se contenter de demander à la population de rester confinée chez elle.

Quant aux stocks de pastilles, ils sont distribués aux cantons par la pharmacie de l’armée. Les cantons doivent assurer un stockage décentralisé adéquat. En cas de distribution, celle-ci sera organisée par la protection civile, assistée des agents municipaux. Côté financement, Genève se trouvant à l’extérieur de la zone des 50 km, la Confédération assume les coûts relatifs à l’acquisition, au contrôle, au remplacement et à l’élimination des comprimés. Le Canton et les communes, quant à eux, assument les coûts relatifs à la distribution, au stockage et à la remise des comprimés d’iode à titre préventif. (TDG)

(Créé: 17.01.2016, 18h54)
Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Nouvelle initiative pour un congé paternité
Plus...