Nouveau coup de frein donné aux vélos en libre-service

Grand ConseilLa majorité de droite du Parlement a refusé de voter sur le Vélib’. La gauche est furieuse de ce second renvoi en commission.

Venus manifester jeudi, les cyclistes partisans du Vélib’ auront l’occasion de revenir s’exprimer devant le Grand Conseil.

Venus manifester jeudi, les cyclistes partisans du Vélib’ auront l’occasion de revenir s’exprimer devant le Grand Conseil. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le réseau de vélos en libre-service que le Canton et des communes veulent mettre en place n’est pas encore mort, mais il subit un nouveau retard. Hier, la droite et le MCG ont estimé que le dossier n’était pas mûr. Par 55 oui contre 32 non et 2 abstentions PDC, les députés ont renvoyé le projet en Commission des finances. Celle-ci devra étudier Velospot, un système développé à Bienne, qui, contrairement à celui choisi par Genève, fonctionne sans stations fixes sur lesquelles arrimer les bicyclettes. Formellement, les députés n’avaient en réalité pas à se prononcer sur l’aspect technique du projet, mais sur un crédit de 1,4 million, soit la part du financement cantonal au budget de fonctionnement pour 2013 et 2014.

Pierre Weiss absent

Cette décision est une petite défaite pour la conseillère d’Etat Michèle Künzler et une victoire d’étape pour le grand absent de cette séance, le député libéral Pierre Weiss. Atteint dans sa santé, l’élu a en effet subi une opération chirurgicale hier. Il n’a donc pu défendre son rapport de majorité, dans lequel il propose d’étudier Velospot, supposé être moins coûteux. Cette solution alternative n’avait jamais été évoquée en commission. Le député l’a sortie de son chapeau alors qu’il écrivait son rapport (rendu en retard), ce que les députés se gardent bien de faire habituellement.

«Criblé de lacunes»

C’est donc son collègue de parti Edouard Cuendet qui l’a remplacé pour mettre des bâtons dans les roues du Vélib’ genevois. Selon lui, «le dossier est criblé de lacunes», raison pour laquelle il demande un retour en Commission des finances. «Ce projet est devenu une véritable obsession pour la gauche, a-t-il déclaré. Car elle a besoin d’accrocher quelque chose au palmarès de la responsable du département.» Le socialiste Roger Deneys et l’écologiste Sophie Forster Carbonnier ont ensuite à tour de rôle fustigé l’attitude de la droite. «Le PLR n’est pas contre les vélos en libre-service, il est contre Michèle Künzler», a lancé le premier, parlant de «hold-up».

«Tout est prêt»

Quant à la seconde, elle a rappelé que le projet avait été longuement négocié, notamment avec les communes, et que des privés étaient prêts à y mettre de l’argent. «Le renvoi en commission va retarder sa réalisation de plusieurs années», a-t-elle prévenu. En conclusion, Michèle Künzler a souligné que «tout est prêt pour offrir cette prestation attendue par la population, que les communes ont déjà voté les investissements». Elle a enjoint les députés «à décider de faire quelque chose de bien pour leurs concitoyens». Peine perdue. La sortie de route était programmée. (TDG)

(Créé: 25.01.2013, 22h32)

Articles en relation

Manifestation des pro-vélib' avant le vote du Grand Conseil

Mobilité Les pro-vélib' genevois ont donné de la voix devant l'Hôtel-de-Ville ce jeudi, quelques heures avant que le projet soit voté au Grand Conseil. Plus...

La gauche genevoise veut un vélib' tout de suite

MOBILITÉ Le Grand Conseil doit se prononcer ce jeudi sur un projet de vélos en libre-service, proposant près de 150 stations dans le canton. Plus...

Vélib': roulera, roulera pas?

Débat en Ville Le débat prévu ce jeudi au Café des Savoises est annulé en raison de l'indisponibilité d'un invité. Plus...

Le PLR Weiss a trouvé un vélib «low cost» à Bienne

Mobilité douce Dans son rapport de majorité, le député genevois abandonne le modèle lyonnais. Plus...

La Ville de Genève dit oui aux Vélibs!

Mobilité douce Sans aucun débat, le Conseil municipal de la Ville de Genève s'est prononcé, ce mercredi soir, en faveur du projet de vélos en libre-service. Plus...

Didier Bonny est autorisé à siéger

Le député PDC démissionnaire Guillaume Barazzone (élu conseiller administratif en Ville) sera bien remplacé par l’ex-PDC Didier Bonny, aujourd’hui indépendant. Ainsi en a décidé hier le Grand Conseil, après un débat inhabituellement nourri sur sa compatibilité.
Ce n’est pas le fait que Didier Bonny ait quitté son parti qui pose problème, mais son poste de directeur d’établissement dans l’enseignement primaire. Est-il de ce fait un cadre supérieur de l’Etat, et donc inéligible, ou un simple fonctionnaire? Par 50 oui contre 31 non et 9 abstentions, le Parlement a estimé qu’il n’est pas assez proche du pouvoir exécutif pour l’exclure, ainsi que le proposait sa Commission des droits politiques. Ce n’était l’avis ni de l’UDC ni de membres de l’Entente, comme le radical Jean Romain.
E.BY

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La plus belle victoire de Stan
(Bild: Herrmann) Plus...