La Une | Vendredi 29 août 2014 | Dernière mise à jour 16:00
Com' 2.0

Les TPG testent de nouveaux réseaux

Par Julien de Weck. Mis à jour le 05.10.2012 3 Commentaires

La régie publique investit les réseaux sociaux. Résultat: une communication interactive.

1/16 Les TPG en mode 2.0
La régie publique est présente sur les réseaux sociaux. Interactivité, humour et informations au rendez-vous.
DR

   

@TPG_Infotrafic

La régie publique dispose d'un deuxième compte twitter, @TPG_infotrafic. Il relaie les perturbations du réseaux des Transports publics genevois. Fonctionnant sur le principe du flux RSS, ce compte ne dialogue par avec les twittos. JdW

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Les Transports Publics Genevois (TPG) ont accroché le wagon de la communication 2.0 sur les réseaux sociaux. Présent sur le site de microblogging Twitter depuis 2011, le compte @TPGeneva est à mille lieux de la communication institutionnelle à la papa. Exemple: un usager se plaint de la vitesse de parcours sur le réseau? Les TPG approuvent. Leur message: «Si vous avez un truc pour donner la priorité aux TP à Genève comme dans d’autres villes, on vous offre une cart@bonus:)» De la réactivité alliée à l’information, le tout saupoudré d’une pointe d’humour, tels sont les ingrédients de base pour un cocktail communicatif estampillé 2.0.

Si le compte de la régie publique totalise à ce jour quelque 500 abonnés twitter, une paille eu égard aux 400 000 usagers transportés quotidiennement, l’entreprise se positionne clairement sur les réseaux sociaux. «Nous sommes à un tournant, relève Philippe Anhorn, le responsable communication des TPG. Depuis 2011, nous avons une présence exploratoire, mais je peux imaginer que dans deux ans le nombre de réclamations transmises via les réseaux sociaux sera aussi important que par les canaux traditionnels.»

Entre coups de gueule, interrogations et quelques félicitations, toute interpellation appelle une réponse personnalisée. La dimension sociale de dialogue dans toute sa splendeur. L’enjeu est de taille. Si une plainte par courrier passe inaperçue, la viralité d’un message cinglant sur Facebook ou Twitter peut fortement nuire à l’image d’une entreprise.

(TDG)

Créé: 05.10.2012, 18h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

3 Commentaires

Ricardo Cruz

06.10.2012, 16:54 Heures
Signaler un abus 12 Recommandation 6

C'est pas avec ça qu'on va réussir à avoir un réseau fiable, pratique ET SURTOUT À L'HEURE !!! Répondre


dominique degoumois

26.03.2013, 20:13 Heures
Signaler un abus

J'adore le titre, "les TPG testent de nouveaux réseaux" il y manque "assis à une table de bistrot, avec quelques bouteilles de blanc! Du vin genevois bien sûr, qu'on est allé chercher en tram jusqu'à Bernex! Y'a que l'ébriété qui peut expliquer la situation actuelle des TPG! Répondre



L'actualité croquée par Herrmann